Logo du site

Sciences de la vie et de la Terre

Base de données et résistance aux antibiotiques.

05 / 01 / 2020 | Lydie Desprat

Utiliser une base de données avec des élèves de première spécialité SVT pour montrer l’augmentation des bactéries résistantes aux antibiotiques au cours du temps au niveau des pays européens.

Contexte et objectifs :
- La séance précédente est un TP où ont été réalisés des antibiogrammes afin d’expliquer pourquoi la prise d’un antibiotique n’a pas pu permettre de soigner une personne. La résistance de bactéries à un antibiotique liée à des mutations est donc connue par les élèves.
- Séance de cours de 1 heure en salle informatique équipée de 20 postes.
L’objectif d’apprentissage est d’extraire des informations utiles d’une base de données afin de comprendre les préconisations des campagnes de sensibilisation au sujet de l’utilisation des antibiotiques.
Leurs résultats sont ainsi intégrés à un exercice type 2 E3C afin de justifier les préconisations des campagnes de sensibilisation et de prévention au sujet de l’utilisation des antibiotiques.

Compétences travaillées Connaissances associées Attitudes associées
Recenser, extraire, organiser des informations pour analyser des bases de données sur la résistance aux antibiotiques en France et en Europe (type, incidence dans les populations, relations avec les pratiques de santé et d’élevage, etc.) et argumenter. Thème 3 :Corps humain et santé–Variation génétique bactérienne et résistance aux antibiotiques L’utilisation systématique de traitements antibiotiques en santé humaine comme en usage agronomique ou vétérinaire conduit à augmenter la fréquence des formes résistantes dans les populations naturelles de bactéries et aboutit à des formes simultanément résistantes à plusieurs antibiotiques. Cela constitue un important problème de santé publique car le nombre de familles d’antibiotiques disponibles est limité. . Fonder ses choix de comportement responsable vis-à-vis de sa santé en prenant en compte des arguments scientifiques.
.Faire preuve d’esprit critique.
.Travailler de manière collaborative.

Outils numériques utilisés :
- La base de données utilisée est celle de l’ECDC (Centre européen de prévention et contrôle des maladies) et est disponible à ce lien : https://atlas.ecdc.europa.eu/public...
- La production des élèves est réalisée sur un diaporama permettant la collaboration (Ex. : Google Slides). Le lien est créé à partir d’un compte du professeur et est accessible aux élèves sans connexion.

Déroulé des étapes du travail :
Distribution de la consigne et de la fiche technique :

Consigne
Coralie (prénom de la personne utilisée pour la séance de TP) n’est pas la seule à découvrir que l’on peut être infecté par des bactéries résistantes à un ou plusieurs antibiotiques. D’ailleurs, les scientifiques et les médecins tirent la sonnette d’alarme, les cas de maladies dues à des bactéries résistantes aux antibiotiques ne cessent d’augmenter...
Utiliser la base de données mise en ligne au lien suivant : https://atlas.ecdc.europa.eu/public... afin d’en extraire des informations prouvant l’augmentation de bactéries résistantes aux antibiotiques au cours du temps.
Vous travaillerez par groupe de 4. Chaque groupe étudiera une bactérie différente et communiquera ses résultats (= capture d’écran des cartes, des graphes...) sur un document collaboratif présent au lien suivant : https://frama.link/suiteTP3.

Fiche technique utilisée par les élèves :JPEG - 184.9 ko
Évaluation croisée de la production :
Lors d’une phase dialoguée, les critères de réussite pour extraire des informations utiles d’une base de données et les analyser sont listés.
La fiche critériée présentée ci-dessous est distribuée et une évaluation croisée du travail de chaque groupe est effectuée. JPEG - 82.5 ko
Bilan et remarques diverses :
* La production des élèves est disponible au lien présent dans la consigne : https://frama.link/suiteTP3
*L’utilisation de la base de données est intuitive et ne pose pas de problème de prise en main par les élèves. De plus, le choix de ne pas distribuer un protocole détaillé aux élèves est motivé par l’un des objectifs de la séance : apprendre aux élèves à trier et choisir les données les plus pertinentes (antibiotique, années, pays) pour répondre au problème posé. D’ailleurs, c’est sur ce dernier point que certains élèves ont rencontré des difficultés. Le travail en groupe est une des solutions pour pallier à ces difficultés : les élèves échangent, confrontent leurs points de vue. Il s’installe une entraide entre pairs. Le professeur doit néanmoins être vigilant sur certains points :

  • tous les élèves du groupe doivent travailler, pas seulement « les plus rapides ou les meilleurs » ;
  • des tensions peuvent apparaître entre les élèves d’un même groupe. C’est un moment privilégié pour leur apprendre à respecter le point de vue de chacun ainsi que sur la nécessité d’argumenter afin de rallier les autres membres du groupe à leur point de vue.

* C’était la première fois que les élèves utilisent une base de données cette année, d’où la construction durant la séance des critères de réussite. Lors d’une utilisation ultérieure d’une nouvelle base de données, les élèves travailleront avec le tableau de critères déjà distribué dans l’objectif d’une évaluation formative ou d’une auto-évaluation.