Sciences de la vie et de la Terre

Drôle de body building !

01 / 10 / 2000 | Liliane Grandmougin | Sacha Touille

Il
arrive que le sport réduise la masse musculaire ... du moins chez
les étourneaux, comme l’ont montré des chercheurs des
universités de Bristol et Harvard.

Chez
les excellents voiliers que sont les étourneaux Sturnus vulgaris,
des exercices de vol répétés tous les jours pendant
6 semaines n’ont pas fait varier la masse adipeuse. En revanche,
la masse des muscles pectoraux, très utilisés en vol, a
visiblement diminué ! La longueur des fibres musculaires s’est
même vue réduite de 5%, sans que les performances en vol
en soient affectées : le nombre resté constant des mitochondries,
petites usines énergétiques, pourrait expliquer ce phénomène.

En
effet, si tout accroissement musculaire donne plus de puissance - ici
au vol- il représente également une surcharge pondérale
non négligeable, donc coûteuse en énergie. L’amincissement
des fibres musculaires représente un avantage adaptatif pour l’oiseau,
qui peut conserver un vol efficace, tout en restant léger.

De
quoi faire blêmir les adeptes des salles de musculation !

Pour
en savoir plus : Nature vol.406 - 10 Août 2000, p. 585

 

Articles les plus lus

réflexion et proposition pour une séance de TP de 2nde sur le plan d’organisation des Vertébrés

Bilan des TraAM SVT 2016-2017 pour l’académie de Créteil.

Avoir une approche ludique du programme de Terminale S grâce à l’intelligence collective, l’exemple d’un jeu d’évasion (escape game) grandeur nature !

Etude, en seconde, de l’unité fonctionnelle et structurale des êtres vivants. Proposition concernant cette séance impliquant la mise en oeuvre de connaissances, de capacités et d’attitudes.