Sciences de la vie et de la Terre

La cellule en profondeur

25 / 09 / 2014 | Patrice Nadam

S’il faut voir pour comprendre, on ne voit souvent bien que ce que l’on a bien compris. Ce n’est pas toujours facile... surtout en microscopie. Le numérique (ici l’utilisation d’une caméra oculaire et d’un ordinateur) permet de partager les observations et facilite les interprétations qui en sont faites.

Interpréter ce que l’on voit sous l’objectif n’est pas toujours chose aisée. Comprendre que la cellule est un volume n’est pas si facile. Faire le lien entre ce qu’on voit sous l’objectif et une représentation en trois dimensions n’est pas à la portée de tous. Lors de l’atelier N°2 des animations districts réalisées en 2013-2014 (lire l’article correspondant), il a été demandé de montrer que la cellule est un volume.

Voici quelques exemples de réalisations possibles (de la plus simple à la plus compliquée) qui dépendent du temps alloué [1], des compétences et du matériel disponible...

 Sous forme d’un fichier texte

Grâce à la caméra oculaire et son logiciel associé (ou avec Mesurim) on réalise quelques captures d’images à différentes mises au point. Avec un traitement de texte, les images sont insérées dans un tableau. Sous forme de texte, on complète les images de quelques explications. Le fichier est utilisé tel quel ou exporté au format PDF.
PDF - 170 ko

 Sous forme d’un diaporama

Utiliser un diaporama autorise l’ajout rapide de légendes explicatives sur les images. Les animations (optionnelles) permettent de dynamiser le diaporama. Le fichier proposé ici peut servir de support à une présentation orale, mais il est également compréhensible sans explication.
Powerpoint - 763.2 ko

 Sous forme d’un schéma explicatif

Deux versions possibles réalisées avec un logiciel de dessin vectoriel (ici avec Adobe Illustrator mais on peut en faire de même avec le logiciel Draw de Libre Office). Le schéma permet d’associer les prises de vue aux différents champs d’observation.

JPEG - 923.6 ko JPEG - 817.8 ko

 Sous forme d’une vidéo muette

Cette vidéo a été réalisée avec un smartphone. La bande son (bruit de fond de classe) a été supprimé avec un logiciel de montage vidéo mais on peut tout à fait faire un enregistrement en décochant la captation audio.

 Sous forme d’une vidéo commentée

Ici la voix a été enregistrée à posteriori avec un logiciel de montage vidéo. On peut très bien faire l’enregistrement du commentaire au moment de la capture, mais cela nécessite de répéter...

 Sous forme d’une vidéo montée et commentée

La vidéo précédente est entrecoupée d’un titre et d’images mettant en évidence la rotation de la vis de mise au point du microscope. Ce montage a été réalisé ici avec Camtasia, mais on peut utiliser un simple logiciel tel que Movie Maker de Windows.

 Sous forme d’une vidéo avec incrustations

Avec un logiciel de montage assez performant avec plusieurs pistes vidéo (Studio, Première, Camtasia....) on peut incruster sur la vidéo d’autres vidéos, des images ou des textes.

[1Pour indication, l’ensemble des productions présentées dans cet article a été réalisé en 6 heures

 

Articles les plus lus

réflexion et proposition pour une séance de TP de 2nde sur le plan d’organisation des Vertébrés

Si les métiers du numérique sont en plein développement, celui de YouTuber (du nom de la plateforme Youtube) est apparu il y a quelques années et il est devenu incontournable.

Permettre aux élève d’analyser et interpréter des (représentations) graphiques présentant des
« courbes »

Etude, en seconde, de l’unité fonctionnelle et structurale des êtres vivants. Proposition concernant cette séance impliquant la mise en oeuvre de connaissances, de capacités et d’attitudes.