Sciences de la vie et de la Terre

La pédagogie inversée / Témoignages

23 / 01 / 2016 | Maxime Treiber
La classe inversée
Témoignages



 >> Pourquoi me suis-je lancé dans cette aventure ?

Au cours de ma formation étudiante puis comme professeur, j’ai fait diverses observations me motivant à rechercher d’autres façons d’enseigner que la façon traditionnelle très répandue. Au gré des projets menés, des rencontres et des lectures, j’ai découvert la pédagogie inversée et je m’y suis tout de suite reconnu. Parmi ce qui a motivé mon changement :

  • des élèves qui arrivent en classe sans réel intérêt et motivation, sans savoir pourquoi ils viennent.
  • une fois en classe,un temps de découverte du travail à faire et des ressources souvent plus long que ce qui était prévu au départ. Du simple au double, en fonction du niveau des élèves, de leur motivation et de leur état de veille.

    Visu_classe_traditionnelle
  • des activités de découverte qui ne nécessitent pas ma présence.
  • des interactions riches et une réflexion pertinente qui naissent 20 minutes avant la fin du cours.

  • après la classe, des élèves isolés pour « apprendre », sans bien savoir ce que cela signifie.
  • des sources d’informations, à outrance, accessibles aux élèves qui pour la plupart ne sait ni les trier ni les organiser ni les exploiter.

  • des difficultés d’apprentissage qui persistent car on ne peut pas se permettre de revenir dessus en début de cours, toujours comme on le voudrait, le temps n’étant pas extensible.
  • le rôle de professeur principalement restreint, en terme de temps, à la récitation d’un cours et pas assez tourner vers la recherche et l’apport d’aide personnalisée aux élèves.

    En bref, un manque d’intérêt et de motivation des élèves. Des pertes de temps en classe et des interactions restreintes. Des élèves seuls pour apprendre sans réel outil.



 >> Qu’ai-je fait en classe inversée ?

Ma première expérience de classe inversée a consisté à mettre en ligne un questionnaire auquel les élèves devaient répondre après avoir regardé une vidéo sur Internet. L’analyse des réponses avant le cours m’a permis d’organiser la séance en ajustant le contenu et le temps consacré à chaque phase. Les élèves sont arrivés avec des interrogations et une envie de connaitre la suite du travail déjà effectué.


PNG - 48.7 ko
Par la suite, j’ai multiplié les situations en demandant aux élèves de découvrir à la maison des notions et des méthodes, à l’aide de vidéos, de podcasts, de lecture de pdf mais aussi en proposant des activités qui les impliquent davantage et favorisent les échanges à distance comme des débats sur forum, des interviews à réaliser, des montages sonores et des vidéos à préparer.


PNG - 39.1 ko
Le travail demandé en salle de classe favorisait les échanges et la collaboration entre élèves pour résoudre des problèmes (recherche documentaire, expériences, exploitations de données, réalisation de modèle), acquérir des connaissances et des méthodes en pratiquant l’autoévaluation et l’évaluation croisée, développer des outils d’apprentissage.


Voici 3 situations différentes de classe inversée détaillées sous différents formats - Prezi - Vidéo - pdf  :

  • Découvrir en amont une méthodologie
  • Débattre en amont sur un forum
  • Accéder en amont aux connaissances







    Présentation pdf

    PDF - 457.3 ko

 >> Qu’ai-je trouvé dans la classe inversée ?

J’ai trouvé dans la classe inversée un moyen de favoriser la motivation des élèves pour venir en classe. Un moyen de faciliter l’apprentissage en offrant la possibilité à chacun de prendre le temps nécessaire à la maison pour découvrir une notion ou une méthode, et arriver en classe avec des interrogations. Un moyen de rendre les élèves autonomes. Un moyen d’augmenter le temps d’interaction en classe entre les élèves permettant de développer l’apprentissage collaboratif. Un moyen de travailler sur les outils pour apprendre. Un moyen d’avoir plus de discussions personnalisées avec les élèves en difficultés. Un moyen permettant à chaque élève d’exploiter ses compétences peu sollicitées dans un autre contexte. Un moyen de vivre le cours différemment pour les élèves et pour le professeur.
PNG - 123.5 ko

 >> Qu’est-ce qui peut coincer ?

La pédagogie inversée n’est pas une recette magique qui a permis à 100% des élèves d’acquérir les compétences travaillées. Mais existe-t-il une méthode capable de cela dans les conditions de classe actuelles ? C’est, pour moi, un moyen supplémentaire qui permet de faire progresser le coeur de classe, de s’appuyer et de développer des compétences habituellement inexploitées. Elle repose sur l’acceptation d’une remise en question du rôle du professeur.

La pédagogie inversée repose sur l’implication entière des élèves, s’ils ne font pas le travail préliminaire alors tout le travail de découverte se fait en classe, laissant moins de temps aux interactions, au travail collaboratif et aux conseils personnalisés. En somme, on se retrouve dans une situation traditionnelle et les bénéfices visés grâce au recul qu’auraient eu les élèves sur les notions ou méthodes travaillées à l’entrée en classe sont nuls. Néanmoins, à partir du moment ou une grande majorité d’une classe a fait le travail, alors même les élèves ne l’ayant pas fait profitent de la dynamique du groupe.

Ainsi, tous les élèves ne sont pas prêts à faire plus d’efforts pour apprendre qu’ils n’en font dans une classe traditionnelle. Pour réussir, il faut que les élèves se rendent compte par eux-mêmes et pour eux-mêmes de l’intérêt de la pédagogie inversée. Les élèves très soucieux de leur réussite personnelle, très adaptés aux cours transmissifs et au travail individuel sont souvent désabusés par cette méthode qui appelle à un travail collaboratif où les élèves sont producteurs. Pour tous et d’autant plus pour eux, il est utile d’expliquer les attendus et le fonctionnement de la classe inversée, le temps pour eux d’en prendre conscience.

Toutes les situations ne se prêtent pas à la pédagogie inversée, il faut reconnaitre qu’il est parfois plus efficace de faire un cours plus traditionnel.

L’accès facile aux supports de travail avant le cours est essentiel, s’il est problématique pour les élèves, peut également être une difficulté dans la mise en place d’une classe inversée.


Témoignage de Maxime Treiber (Lycée Champlain à Chennevière sur Marne)

 >> Plus de témoignages

Cet article s’enrichira d’autres témoignages dans les mois à venir.
Retrouvez d’ores et déjà des témoignages, parmi d’autres, de professeurs pratiquant la classe inversée :

 

Articles les plus lus

Permettre aux élève d’analyser et interpréter des (représentations) graphiques présentant des
« courbes »

Etude, en seconde, de l’unité fonctionnelle et structurale des êtres vivants. Proposition concernant cette séance impliquant la mise en oeuvre de connaissances, de capacités et d’attitudes.

Animation présentant les principales étapes de la technique d’autoradiographie.

Utiliser Twitter pour produire du savoir et éduquer à l’utilisation critique des médias sociaux