Sciences de la vie et de la Terre

Outils de référence Lycée Seconde Biologie Partie 2

01 / 09 / 2005 | Migration

Classe de 2nde 2001

Partie Biologie lI

Cellule, ADN et unité du vivant.

  

  Connaissances exigibles

  

  Au.delà de leur grande diversité les êtres vivants présentent de grandes similitudes à l’échelle cellulaire, à l’échelle moléculaire et à l’échelle de l’organisme.

  Diversité et similitudes sont contrôlées par un programme génétique dont le support universel est la molécule d’ADN.

  Les similitudes aux différents nivaux d’organisation confortent l’idée d’une origine commune de tous les êtres vivants.

 

  1- La cellule est l’unité élémentaire d’organisation et de fonctionnement des êtres vivants.

  1-1 La membrane cytoplasmique limite le compartiment intracellulaire.

  1-2 Le cytoplasme est le siège du métabolisme.

1.2.1 Le métabolisme
est l’ensemble des transformations chimiques réalisées
par la cellule.

1.2.2 Les besoins nutritifs des cellules
permettent de distinguer deux grands types de métabolisme
 : autotrophie et hétérotrophie.

  • Les besoins nutritifs des cellules autotrophes se limitent à des substances exclusivement minérales.
  • Les cellules hétérotrophes nécessitent, de plus, l’apport de substances organiques.

  1-3 Le matériel génétique, sous forme de chromosome, contrôle l’activité cellulaire.

1-3-1 Le métabolisme
de la cellule est sous le contrôle
de son programme génétique.

1-3-2 La division de
la cellule est également sous le
contrôle de son programme génétique.

  • Les divisions assurent la croissance des populations cellulaires sans en modifier leurs caractéristiques génétiques.

  2- L’acide désoxyribonucléique (ADN ) est le support universel de l’information génétique.

  2-1 A l’issue d’une division cellulaire, chaque chromosome contient une seule moléculed’ADN.

  2-2 Une molécule d’ADN est formée de deux chaînes brins.

2.2.1- Chaque brin est constitué d’une succession
de nucléotides ;

Il existe quatre nucléotides
différents :


  • nucléotide à adénine (A) ;
  • nucléotide à thymine (T) ;
  • nucléotide à cytosine (C) ;
  • nucléotide à guanine (G).


L’ordre de succession des nucléotides
définit la séquence du brin.

2.2.2 Les deux brins sont associés l’un à
l’autre :

Un G d’un brin à un C de l’autre brin, un
A d’un brin à un T de l’autre.

  2-3 Chaque molécule d’ADN porte de nombreux gènes.

2-3-1 Un gène
est un segment d’ADN contenant une information
génétique.

2-3-2 Cette information est codée par la
séquence de nucléotides.

  2-4 Les mutations sont responsables de la variabilité de l’information génétique.

2-4-1 - Une mutation
modifie au hasard la séquence des
nucléotides.

2-4-2 - Une mutation
peut entraîner la modification d’un gène..

2-4-3 Un allèle
est une variante de la séquence
des nucléotides d’un gène.

2-4-4 L’apparition de nouveaux allèles
augmente la diversité des individus.

2-4-5 Les mutations
peuvent affecter n’importe quel gène
de n’importe quelle cellule.

  • seules les mutations affectant des cellules de la lignée germinale sont transmissibles à la descendance d’un individu.
  • quand elles affectent les cellules somatiques, elles peuvent provoquer des cancers.

2-4-6- Des facteurs de l’environnement favorisent
l’apparition des mutations.

  3- Malgré leur diversité, les êtres vivants présentent une unité d’organisation et de développement, qui révèle une parenté entre tous les êtres vivants.

  3-1- Les Vertébrés présentent un plan d’organisation commun.

3-1-1 Le plan d’organisation
précise la position relative des organes.

3-1-2 Le plan d’organisation
des Vertébrés est défini selon trois axes
de polarité.

  • L’axe antéro-postérieur est marqué par la succession tête-tronc-queue.
  • L’axe dorso-ventral est marqué par la position dorsale des centres nerveux et la position ventrale de l’appareil digestif.
  • L’axe de symétrie bilatérale définit les parties droite et gauche du corps.

  3-2- La mise en place du plan d’organisation seIon ces axes a lieu au cours du développement embryonnaire.

3-2-1 L’édification de l’organisme
nécessite des divisions, des migrations
et des différenciations cellulaires.

3-2-2 Chez les Vertébrés, on retrouve
des stades communs au cours du développement
embryonnaire.

  3-3- Les étapes du développement embryonnaire sont contrôlées par des gènes.

3-3-1 Certains de ces gènes,
les gènes homéotiques, contrôlent
la mise en place des différentes régions
du corps d’un animal le long de l’axe antéro-postérieur.

3-3-2 Les gènes
homéotiques présentent de nombreuses similitudes d’une
espèce à l’autre :


  • dans leur séquence  ;
  • dans leur fonction.


3-3-3 La similitude des gènes
impliqués dans le développement
témoigne de l’existence d’un ancêtre commun à l’ensemble
des Vertébrés.

3-3-4 La présence de gènes
homologues chez d’autres organismes permet
d’étendre cette parenté à
l’ensemble des êtres vivants.

 

  EXPRESSIONS et MOTS CLÉS :

les mots clés sont les mots écrits en rouge
dans le texte du référentiel.

 

ADN diversité molécule
allèle division cellulaire mutation
autotrophie gène nucléotide
axe de polarité gènes du développement organisme
cellule hétérotrophie parenté
chromosome information génétique plan d’organisation
cytoplasme membrane cytoplasmique séquence
développement embryonnaire métabolisme unité du vivant

 

 

 



SVT Académie de Créteil

 

 

Articles les plus lus

Permettre aux élève d’analyser et interpréter des (représentations) graphiques présentant des
« courbes »

réflexion et proposition pour une séance de TP de 2nde sur le plan d’organisation des Vertébrés

Etude, en seconde, de l’unité fonctionnelle et structurale des êtres vivants. Proposition concernant cette séance impliquant la mise en oeuvre de connaissances, de capacités et d’attitudes.

L’académie de Créteil organise une après-midi (...)