Sciences de la vie et de la Terre

Pour une agriculture plus verte

22 / 03 / 2012 | Liliane Grandmougin

Lorsqu’on évoque le réchauffement global, on pense immédiatement aux rejets automobiles, à l’industrie, aux déforestations. Pourtant un groupe international de scientifiques à publié dans un rapport une source de gaz à effets de serre à laquelle on pense moins : l’agriculture. Selon ce rapport, elle serait passée en tête des pollueurs.

En effet, la déforestation se fait souvent pour produire de nouvelles terres cultivées ; les vastes cultures comme les rizières produisent de l’oxyde nitreux par la dégradation des engrais et du méthane, auquel s’ajoute celui produit par les élevages intensifs.

L’empreinte agricole calculée est la suivante (sur 49 gigatonnes d’équivalent CO2 par an, en 2004)

  • Énergie fournie : 25,9 %
  • Transport : 13,1 %
  • Constructions : 7,9 %
  • Industrie : 19,4 %
  • Agriculture :13,4 %
  • Foresterie : 17,4 %
  • Déchets et eau gâchée : 2,8 %

Avec la démographie galopante, la demande alimentaire va doubler d’ici 2050 et si les pratiques agricoles intensives persistent, cela aura un fort impact climatique. Il est urgent d’établir un programme pour une agriculture à la fois productive et responsable si l’on veut faire face à cette double menace. Or ce problème est peu négocié lors des grands sommets internationaux comme celui qui a eu lieu récemment à Durban.

Pourtant, les « bonnes »pratiques agricoles existent. Par exemple en Éthiopie où un programme fournit aux paysans les plus pauvres de l’argent et de la nourriture en échange de leur travail sur un projet d’amélioration du sol, de l’approvisionnement en eau et des infrastructures. Une loi australienne, votée en Août 2011, autorise les échanges carbone entre les fermiers et investisseurs sur des projets forestiers.

Un tiers de la production alimentaire humaine est perdue à cause de l’inefficacité de production, conservation et transport. Réduire ces pertes serait la clef d’une agriculture plus responsable et « verte ».

L.G d’après Nature-vol.479- 17 Novembre 2011.

 

Articles les plus lus

réflexion et proposition pour une séance de TP de 2nde sur le plan d’organisation des Vertébrés

Permettre aux élève d’analyser et interpréter des (représentations) graphiques présentant des
« courbes »

Etudier le vocabulaire de la BD, savoir « comment écrire une BD », s’interroger sur tous les éléments qui constituent la BD (cases, bulles, etc.) et qui sont porteurs de sens pour une utilisation en SVT.

Avoir une approche ludique du programme de Terminale S grâce à l’intelligence collective, l’exemple d’un jeu d’évasion (escape game) grandeur nature !