Sciences de la vie et de la Terre

Tester Linux sans l’installer : Kaella Linux

01 / 08 / 2004 | Webmestre | Migration

L’objectif de cet article est de vous permettre de
découvrir Linux, sans rien installer sur votre ordinateur.

Cette solution vous permet de découvrir ce
système d’exploitation et les outils qui l’accompagnent sans
risque
pour votre ordinateur et pour les données qu’il
contient.

 Pourquoi Linux ?

Pourquoi tester Linux ? Il y a
essentiellement deux raisons.

La première est la découverte des
logiciels-libres. En effet, Linux et les outils GNU qui l’accompagnent (C’est pourquoi on écrit souvent GNU/Linux)
sont des logiciels dont l’usage et la distribution sont soumis à
une licence nommée GNU-GPL (ou à d’autres
licences compatibles). Ces licences garantissent quatre libertés
fondamentales :

  • Le droit d’utiliser autant que l’on veut et comme on veut le logiciel.
  • Le droit d’avoir accès à la recette de fabrication du logiciel (le programme) pour l’étudier.
  • Le droit de copier et de transmettre le logiciel.
  • Le droit de modifier le logiciel à sa convenance. Et le droit de faire profiter de vos modifications selon les mêmes libertés.

Ces quatre libertés sont particulièrement
intéressantes pour nous, les enseignants. Car d’une part la
distribution de ces logiciels est libre (et donc peut-être
gratuite), mais surtout ces logiciels véhiculent l’idée
du partage des connaissances qui est la base de notre fonction. Tout le savoir, et le savoir-faire, du programmeur qui a
conçu un logiciel sous licence GPL est accessible à
tous.

La seconde raison pour laquelle découvrir
GNU/Linux est intéressant, c’est de découvrir des
solutions alternatives aux problèmes que vous rencontrez avec
vos logiciels habituels : virus, bugs/plantages, lenteur,
fonctionnalités manquantes, logiciels trop complexes, manque
de pilotes, logiciels trop chers, spam/emails non sollicités,
etc... GNU/Linux vous propose plusieurs milliers de logiciels
alternatifs pouvant couvrir la majeure partie de vos besoins
informatiques, sans avoir à bourse délier ou avoir
recours à la copie illicite : comme GNU/Linux est un
ensemble de logiciels libres, vous pouvez les copier pour votre usage
et les distribuer à d’autres, légalement.

 L’outil de test, la distribution en « Live-CD »

GNU/Linux est un ensemble de logiciels hétérogène.
Il s’agit en fait de Linux, le cœur du système d’exploitation, plus un ensemble d’outils qui peut varier. Chacun
peut à loisir changer les outils fournis avec Linux selon ses
besoins. Ainsi on trouve différentes distributions Linux
qui sont ces paquets d’outils autour de Linux. Certaines
distributions sont très spécifiques (pour les serveurs
web, les plateformes multimédia, les plateformes de jeu, pour
réparer les ordinateurs plantés, etc...) d’autres sont
plus généralistes et proposent un maximum de logiciels
pour que chacun y trouve son compte (ex : Mandake
Linux
, Debian
Linux
, Fedora
Linux
, etc...).

Théoriquement,
pour utiliser ces compilations de logiciels, il faut les installer
sur son disque-dur.

Il
existe aussi des distributions spécialisées qui ne
nécessitent pas d’installation sur le disque dur. Elles
fonctionnent directement depuis le CD (en anglais Live from CD, d’où l’appellation Live-CD) : sans s’installer, ni
toucher aux données présentes sur votre disque-dur. Ces
distributions garantissent donc une utilisation sans risque. Mais
aussi leur utilisation sur la plupart des ordinateurs.

Pour tester, nous vous proposons d’essayer un
Live-CD nommé Kaella Linux. Elle est adaptée de la
Knoppix
Linux
(Kaella=Knoppix Linux Azur) elle-même adaptée
de la distribution généraliste Debian
Linux
. Kaella présente l’avantage d’être francisée
(c’est-à-dire que la plupart des textes/logiciels y sont
traduits en français, et que toutes les adaptations
nécessaires ont été faites pour un public
francophone).

Le site de Kaella Linux :
http://kaella.linux-azur.org/

Pour vous procurer Kaella Linux, le plus simple
est de la télécharger :
http://kaella.linux-azur.org/#telechargement
mais attention, il s’agit de télécharger un CD entier
soit environ 697Mo. N’essayez pas ce téléchargement si
vous n’avez pas une connexion haut-débit ou au moins une
connexion illimitée à internet. Il existe un autre
moyen de se procurer Kaella : Le Red-Hat magazine a fournit la
Kaella-Linux 1.1 dans son numéro 3.

Vous pouvez aussi commander sur internet (ou, dans
certains cas chez un marchand de journaux) d’autres versions de Linux
très proches de la Kaella, comme la Knoppix fournie par le
magazine Presqu’Offert dans
son Hors
série n°1
, ou la Knoppix
pour débutants
fournie par le site web Ikarios.
Vous pouvez aussi demander un Live-CD Linux auprès de
votre Point
Media Conseil.

Il y a trois conditions pour pouvoir utiliser
Kaella Linux :

  • Avoir un PC (il existe des versions de Live-CD Linux pour Mac, ou pour d’autres architectures. Mais la Kaella ne fonctionne que sur PC. Voir aussi : http://www.framasoft.net/article2470.html)
  • Posséder au moins 64Mo (128Mo conseillés) de mémoire vive (Ram) sur son ordinateur. Car pour éviter de s’installer sur le disque-dur, le système d’exploitation doit se charger en mémoire.
  • Pouvoir démarrer un système d’exploitation sur le CD-Rom : tous les ordinateurs construits après 1998 peuvent faire cela, puisque c’est presque indispensable à l’installation d’un système d’exploitation (comme MS-Windows ou GNU/Linux). Par contre, il peut arriver que cette option ne soit pas activée par défaut sur votre ordinateur. Référez-vous à la documentation du BIOS de votre ordinateur et à la FAQ en Français ou à http://www.framasoft.net/article2434.html si ça ne fonctionnait pas.

 Les premiers pas avec Linux

Si vous avez récupéré la
Kaella (ou la Knoppix) et qu’elle est gravée sur un CD, il ne
reste plus qu’à insérer ce CD dans votre lecteur et à
redémarrer l’ordinateur.

La Kaella se lance toute seule ! Patientez
pendant que le système d’exploitation finit de se lancer en
reconnaissant les périphériques installés sur
votre ordinateur (notez que cette reconnaissance vous permettra
d’utiliser la Kaella sur n’importe quel ordinateur, à
condition qu’il remplisse les trois conditions données
ci-dessus). Cette phase peut être longue, cela dépend
essentiellement de la rapidité de votre lecteur CD. Cette
qualité va conditionner la rapidité de la Kaella. Les
messages sont anglais, mais la suite sera bien en français.

À la fin de cette phase d’initialisation
vous vous trouverez devant un écran de ce type :

<IMG src="http://svt.ac-creteil.fr/archives/cdromlog/Linux0904/Bureau-Depart-Kaella-petit.jpg" ALT="Le Bureau de départ de la Kaella" NAME="Capture d'écran 1" WIDTH=320 HEIGHT=240 BORDER=0>
La
fenêtre qui s’est ouverte est une documentation succincte de
Kaella/Knoppix. Il peut être intéressant d’en parcourir
le contenu. Notez que les documents que vous pouvez lire dans cette
fenêtre sont à la racine du CD-Rom. Ils sont lisibles
depuis n’importe quel système d’exploitation, y compris
MS-Windows par exemple (vous pouvez donc les lire avant de vous lancer dans le test).

Pour vous faire gagner
un peu de temps, voyons les éléments principaux de la
Kaella.

<IMG src="http://svt.ac-creteil.fr/archives/cdromlog/Linux0904/Icones-Peripheriques-petit.png" NAME="Les icônes des Périphériques" ALT="Les icônes des Périphériques" ALIGN=LEFT WIDTH=50 HEIGHT=199 BORDER=0>
À
gauche de l’écran (voir ci-contre) vous retrouvez une série
d’icônes similaires à celles que l’on trouve sous
MS-Windows ou Apple-MacOS. Une Icône Corbeille
dans laquelle vous pouvez précipiter vos fichiers, une icône
Fichiers Kaella qui mène aux documentations
sus-nommées, enfin une série d’icônes qui
représentent vos périphériques (CD-Rom, DVD-Rom,
partitions de disque-dur...). Pour accéder aux fichiers qu’ils
contiennent (en lecture seule) il suffit de cliquer dessus. Pour
avoir la possibilité d’écrire ou de modifier des
fichiers (réservé aux partitions de disque dur,
bien-sûr, et pas aux CD), vous devrez en cliquant sur l’icône
avec le bouton droit choisir Action puis

Change
Read/Write

mode comme l’indique la documentation.

En bas de l’écran se trouve une barre aux
rôles multiples... On l’appelle le Kicker.

Le Kicker légendé...

  • la liste des applications reprend le principe de la barre des taches de MS-Windows et du finder de MacOS, vous y trouverez toutes les applications en cours d’exécution et pourrez passer de l’une à l’autre en cliquant dessus. Au départ, une seule application est listée, celle qui affiche la documentation. Si vous en lancez d’autres, elles s’ajouteront.
  • Les icônes sont des raccourcis vers quelques-unes des applications essentielles proposées par Kaella (de droite à gauche : OpenOffice, Mozilla, Konqueror, le Terminal, L’explorateur de fichiers).
  • La liste des bureaux. Les bureaux sont des espaces de travail vite encombrés si on lance beaucoup d’applications simultanément comme GNU/Linux permet de la faire. Kaella vous permet de disposer de quatre bureaux, et vous pouvez passer de l’un à l’autre en cliquant sur le carré qui le symbolise. Cela vous permet de diminuer l’encombrement sur chacun d’eux. Et si, comme moi, vous êtes très désordonnés vous pouvez rajouter autant de bureaux que vous en aurez besoin.
  • Les menus contiennent toutes les applications proposées par Kaella. Il y en a plusieurs centaines c’est pourquoi on ne les listera pas. Notez qu’elles sont classées par catégories dans le menu symbolisé par un K et que les applications destinées à personnaliser votre Linux sont regroupées dans le menu représenté par un manchot stylisé.

Vous trouverez dans la documentation qui s’affiche
au lancement une liste des équivalences entre les logiciels
les plus connus et ceux présents sur la Kaella. Cette liste
d’équivalences se trouve aussi sur internet :
http://kaella.linux-azur.org/documentation/table.php.

On peut citer quelques exemples d’applications
fort utiles : OpenOffice pour les travaux bureautiques (vous trouverez différents tutoriels sur OpenOffice ici même :
Présentation
d’OpenOffice
, Comment
se procurer OpenOffice
, Utiliser
OpenOffice pour la 3D
, Utiliser
les styles d’OpenOffice
, utiliser
OpenOffice pour réaliser des schémas
, etc...),
Mozilla pour naviguer sur internet ou récupérer
vos emails, kmail pour récupérer vos emails (remarquez qu’il existe plusieurs logiciels possibles pour une même
fonction), Gimp pour réaliser des dessins et faire de
la retouche photo de haut niveau, Blender pour réaliser des images ou des films en 3D, k3B pour graver vos CD et DVD,
etc...

À vous de découvrir le foisonnement
de logiciels que contient ce seul CD.

En cas de problème, les documentations
contenues dans le répertoire Fichiers Kaella
devraient vous tirer d’affaire.

Après quelques minutes d’utilisation, votre
bureau devrait ressembler à ceci :

<IMG src="http://svt.ac-creteil.fr/archives/cdromlog/Linux0904/Bureau-encombre-petit.jpg" ALT="Un bureau désordonné..." NAME="Capture d'écran 2" WIDTH=320 HEIGHT=240 BORDER=0>

Il s’agit précisément de mon bureau
alors que j’écris cet article grâce à la Kaella
Linux. Le meilleur moyen de réellement tester GNU/Linux c’est
de vraiment tenter de travailler avec.

Pour voir d’autres captures d’écran de
Kaella Linux : http://kaella.linux-azur.org/captures_ecran.html

 De zéro à Linux en 5 minutes...

C’est le slogan du site (en anglais)
http://www.knoppix.net.

En effet, grâce à Kaella ou à
une autre distribution en Live-CD vous allez pouvoir découvrir
Linux en 5 minutes chrono, sans rien craindre. Cela vous permettra de
vous faire une idée sur cet ensemble de logiciels libres très
efficaces et à l’avenir prometteur.

Pour aller plus loin dans vos essais, vous pourrez
trouver de l’aide et des renseignements sur Kaella et son utilisation
sur son forum dédié :
http://forums.knoppix-fr.org/viewforum.php?f=27

Si vous êtes convaincu par cet essai,
Kaella/Knoppix peut être installée de manière
définitive sur le disque dur (et ne nécessite alors
plus de CD pour démarrer). Mais si vous faites le choix de
devenir un utilisateur régulier de Linux et des logiciels
libres qui l’accompagnent, je vous recommande plutôt de vous
tourner vers les distributions qui sont faites spécifiquement
pour s’installer sur le disque-dur : Mandake
Linux
, Debian
Linux
, Fedora
Linux
, etc...

Bonne découverte !

Post Scriptum :

Un moyen simple et sans danger de découvrir de nouveaux horizons logiciels, de s’initier au principe des logiciels libres.

 

Articles les plus lus

Profiter des avancées technologiques des smartphones pour photographier et filmer les préparations microscopiques.

Permettre aux élève d’analyser et interpréter des (représentations) graphiques présentant des
« courbes »

Etude, en seconde, de l’unité fonctionnelle et structurale des êtres vivants. Proposition concernant cette séance impliquant la mise en oeuvre de connaissances, de capacités et d’attitudes.

L’académie de Créteil organise, pour les (...)