Sciences de la vie et de la Terre

Une séance de SVT en UPE2A

30 / 03 / 2016 | Céline Sauvage

Enseigner en UPE2A implique enseigner à des élèves d’âges, de niveaux de langues et de passés scolaires très variables.
Cette hétérogénéité oblige donc une adaptation de chaque séance à ce public particulier.
Voici une proposition/un exemple de séance de SVT intégrant une phase de pédagogie différenciée adaptée aux futurs niveaux d’inclusion en classe ordinaire et aux niveaux de langue des élèves.

 ORGANISATION DE LA SÉANCE

Cette séance est envisageable sur une heure si l’effectif de la classe est réduit. Si le nombre d’élève est important, il sera donc nécessaire de la scinder en deux séances.
La séance se divise en deux phases successives :

  • Phase N°1 - Compréhension orale puis production orale
  • Phase N°2 - Production écrite :
  1. Travail individuel
  2. Travail en groupe hétérogène en fonction du niveau de maîtrise de la langue (binôme de table)
  3. Travail en groupe homogène en fonction du niveau de maîtrise de la langue A1/A2/B1

 BUTS RECHERCHÉS

  • Anticiper les besoins futurs des élèves allophones en classe ordinaire
  • S’adapter au niveau de maitrise du français des élèves et donc à leurs besoins en proposant des activités différenciées
  • Créer des moments de production orale en continu et en interaction (avec les pairs)
  • Rendre les élèves autonomes et acteurs : Ils utilisent seuls et de leur propre initiative des outils comme le dictionnaire bilingue ou français. Ils vérifient seul ou en groupe leurs erreurs, échangent et se corrigent mutuellement, s’évaluent et constatent ce qu’ils maîtrisent en connaissances et savoirs faire (scientifiques, linguistiques et communicatifs) et ce qu’ils ont besoin de travailler à nouveau, prennent en compte leurs erreurs. En se décentrant en tant qu’enseignant et en se positionnant comme guide/conseiller, nous laissons la possibilité à l’élève d’être acteur dans la construction de son savoir.
  • Réinvestir sous plusieurs formes (oral et écrit) le lexique pour une meilleure appropriation, prononciation et mémorisation

 OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES

Objectifs communicatifs
Compréhension orale + Production orale et écrite : Nommer les parties d’un végétal / décrire un végétal
Objectifs linguistiques
Lexique des consignes : « décrire »
Lexique scientifique  : les organes des végétaux et deux catégories de végétaux.
Objectifs culturels
Identifier des végétaux de notre environnement
Objectifs disciplinaires en articulation avec le socle commun
Notion  : les différents organes des végétaux
Aptitude : représenter des données sous différentes formes, passer d’une représentation à une autre (domaine 1,4)
Attitude : être observateur

 INTÉRÊTS NOTIONNELS DE LA SÉANCE EN VUE D’UNE INCLUSION EN CLASSE ORDINAIRE

Cette séance permet d’aborder un lexique sur les végétaux qui servira de base à de nombreux points de programme de SVT de classe ordinaire tels que : les attributs des végétaux/classification, les végétaux au cours des saisons, la croissance, les fleurs/ les fruits/les graines, la reproduction sexuée/asexuée, la dispersion, déboisement, respiration, sélection naturelle…
Relier les besoins des cellules d’une plante chlorophyllienne, les lieux de production ou de prélèvement de matière et de stockage et les systèmes de transport au sein de la plante, diversité et dynamique du monde vivant à différents niveaux d’organisation ; diversité des relations interspécifiques, maintien des formes aptes à se reproduire, hasard (nouveautés programme 2016)

 TRAVAIL PERSONNEL ATTENDU A L’ISSU DE LA SÉANCE

  1. Retenir, savoir écrire et dire le lexique nouveau
  2. Retenir l’astuce
  3. Récolter une plante sur le chemin de l’école ou près de chez eux et la décrire en classe à la séance suivante

 DEROULÉ DE LA SÉANCE

Les élèves sont invités à ramasser une plante dans le collège avant leur entrée en classe.

1) PHASE DE COMPREHENSION ORALE ET PRODUCTION ORALE

  • Un végétal leur est montré puis un début de description est amorcé par le professeur qui ne nomme pas les organes du végétal. Les élèves sont invités à nommer la partie désignée sur la plante. Ceci permet de faire un diagnostique sur les termes connus et inconnus. Les élèves répètent collectivement chaque nom d’organe avec l’article associé. Les erreurs de prononciations sont corrigées.
  • Le même travail est fait sur un arbre.
  • Les différences entre les 2 végétaux sont évoquées.
  • A la suite de ces descriptions, les élèves doivent proposer une définition au terme de consigne « décrire ». (nb : une fiche spéciale sur le « vocabulaire des consignes » est complétée à chaque fois qu’un terme nouveau est abordé afin de garder une trace de leur signification et de rendre ce lexique plus familier et possiblement utilisable lors de l’inclusion des élèves en classe ordinaire)
  • Les élèves sont invités à présenter un par un leur(s) échantillon(s) en précisant ce qu’ils voient et ne voient pas. Les élèves en difficulté sont aidés par les autres et ils se corrigent mutuellement si nécessaire.

Cette phase répétitive permet au élèves de se familiariser avec le lexique et sa prononciation et de débuter la mémorisation du nom, de son article et de sa prononciation.

2) PHASE DE PRODUCTION ECRITE

  • Partie 1

Avant de commencer : la consigne et les documents sont présentés au TNI aux élèves (ils n’ont pas reçu encore la fiche d’activité)
Le terme « compléter » est redéfini (consigne connue de la part des élèves car déjà abordée)
Ils sont invités à identifier les critères de réussite à respecter.
Ces critères de réussite doivent venir des élèves eux mêmes, si certaines difficultés surgissent, ils peuvent être suggérés.

Les élèves complètent leurs schémas seuls (ce qui leur permet de faire le point sur ce qu’ils savent ou non). Il est préférable de leur demander d’écrire les noms au singulier pour que le genre puisse être visible.
Puis, ils échangent avec leur voisin et partagent leurs points de vue. (Les binômes de table sont hétérogènes en niveau de maîtrise de la langue)
Ils ont la possibilité de vérifier, de leur propre initiative, certains mots et leurs articles avec le dictionnaire en cas de désaccord ou de doute.

Puis, tous les élèves viennent ensemble corriger 2 ou 3 mots au tableau.
Un échange collectif s’en suit sur la correction des termes. Les élèves proposent, si nécessaire, des corrections ou vérifient dans le dictionnaire en cas de désaccord.
Ils s’auto-évaluent puis cette partie de la séance se termine par « l’astuce du jour » : comment compléter un schéma correctement.

  • Partie 2 (envisageable sur la même séance si l’effectif est réduit)

Les élèves sont répartis par groupe en fonction de leur niveau de maitrise du français.
Un végétal est mis à leur disposition par le professeur.

GROUPE 1 : niveau écrit A1
Pour les élèves les plus en difficulté lors du passage à l’écrit, ils devront indiquer les organes visibles sur la plante mise à leur disposition.
Si certains élèves sont rapides, ils peuvent commencer le travail du groupe 2.

GROUPE 2 : niveau écrit A2
Ce groupe doit rédiger un texte descriptif sur une plante mise à leur disposition en indiquant ce qu’a la plante et ce qu’elle n’a pas (dans le but d’un emploi complet du nouveau lexique)
Si les élèves sont rapides, ils pourront tenter d’y ajouter des informations supplémentaires de leur choix (permet d’amorcer l’évolution vers le niveau de langue supérieur A2+/B1)

GROUPE 3 : niveau écrit A2+/B1
Les plus rapides et les plus à l’aise doivent décrire une plante mise à leur disposition et y ajouter des informations sur les couleurs, la taille, la forme de la plante et de ses organes.
En cas d’élèves vraiment très rapides, ils peuvent décrire une autre plante de leur choix ou peuvent exprimer leur sentiment face à cette plante (souvenir, gout…)

Le critère de réussite est défini par les élèves.
Cette phase implique pour les élèves de prendre en compte les erreurs éventuellement commises dans la partie 1 (les schémas) afin d’éviter de les commettre une deuxième fois.
Ainsi, les élèves non experts sur l’orthographe dans les schémas, peuvent facilement l’être lors de la partie 2 s’ils prennent en compte leurs erreurs précédentes.

On s’attachera essentiellement à l’orthographe des noms scientifiques en suggérant la correction mais en ne l’effectuant pas directement.

Un rapporteur fait part du travail de chaque groupe.

Pour conclure sur la phase de production écrite :
Ces deux parties permettent aux élèves de :
1) Remobiliser deux fois le lexique abordé à l’oral mais cette fois à l’écrit permettant ainsi de faire un pas de plus vers la mémorisation et l’appropriation.
2) Voir l’utilité de ce lexique dans un contexte concret au cours de la partie 2 et donc de valoriser leurs nouvelles connaissances.

Suggestion :
Il est possible de relayer cette activité en cours de français où les textes des groupes 2 et 3 peuvent être réutilisés. Une comparaison peut ainsi permettre de mettre en évidence l’emploi de certains adjectifs qualificatifs et ainsi être le point de départ d’un travail sur les adjectifs qualificatifs mais également sur les antonymes/synonymes (au programme de 6e en français en classe ordinaire).

 

Articles les plus lus

Permettre aux élève d’analyser et interpréter des (représentations) graphiques présentant des
« courbes »

Etude, en seconde, de l’unité fonctionnelle et structurale des êtres vivants. Proposition concernant cette séance impliquant la mise en oeuvre de connaissances, de capacités et d’attitudes.

Animation présentant les principales étapes de la technique d’autoradiographie.

Utiliser Twitter pour produire du savoir et éduquer à l’utilisation critique des médias sociaux