Logo du site

Sciences de la vie et de la Terre

fiche Logiciel "iMovie 2"

01 / 09 / 2005 | Sacha Touille

iMOVIE 2

Niveau Tous niveaux
Type Montage virtuel de film vidéo
Auteur(s)  
Éditeur Apple www.apple.fr
Gratuit livré avec le système d’exploitation
Support livré en standard à l’achat d’un ordinateur de type Mac ou iBook
Ce logiciel est organisé en 1 seul écran comportant :
  • une visionneuse
  • un chutier (devenant aussi
    zone de titrage, d’effets spéciaux, de transitions ou de gestion
    du son)
  • un "story-board"
    ( ou "Time line")
fr.gif (972 octets)Ce logiciel permet le montage virtuel de film vidéo à partir de séquences filmées et enregistrées sur un camescope numérique. Le logiciel permet alors de réaliser les différentes étapes de la réalisation du montage virtuel d’un film vidéo  :
  • Capture
    des séquences filmées dans le chutier.
  • Sélection
    des séquences à conserver et élimination des portions
    indésirables.
  • Montage
    bout à bout des séquences (montage "cut") sur
    le "Story board"
  • Ajout
    de sons (musique, bruitage, voix off) et application d’effets sonores.
  • Titrages
    (de début, intermédiaires, de fin).
  • Mise place
    de transitions entre 2 séquences ou application d’effets spéciaux
    sur une séquence.
  • Exportation
    du film vers le camescope ou vers des supports de stockage tels que
    le cédérom ou le DVD.
L’écran de travail de iMovie
  1. La
    visionneuse et ses boutons de contrôle
  2. Le
    chutier
  3. Le
    story-board (ou Time line)
  4. Les
    boutons d’accès aux transitions, titres, effets et à
    l’Audio

 

 

Le
camescope doté d’une sortie "DV out" est préparé
en position de lecture après avoir été relié
à la prise Firewire (norme IEEE 1394) de l’ordinateur par le câble
idoine. Il devient dès lors possible de piloter le camescope à
partir de la visionneuse du logiciel et en particulier de lire les séquences
vidéo enregistrées. Un clic sur le bouton "Importer"
déclenche la capture de celles ci. Chaque séquence filmée
(ou rush) est chargée en mémoire de l’ordinateur et constitue
un clip, la première image servant à l’identifier vient
se ranger à la suite des précédentes dans la partie
chutier de l’écran.

La sélection
d’un clip dans le chutier l’ouvre dans la visionneuse. Il est possible
de travailler à l’image près pour rechercher l’image de
début et de fin ou encore de scinder le clip en 2 nouveaux clips.
Un curseur permet un déplacement rapide au sein du clip. La durée
de chaque clip est affichée en permanence. L’importation d’images
fixes est permise.

Le montage
se fait par glisser-déposer des clips dans la partie "Story
board".Le nouvau clip apparaît avec son image et son nom à
la suite des précédents. Il est toujours possible de retirer,
déplacer, dupliquer les clips déjà placés
dans le "Story board". A tout instant on peut demander un aperçu
du film en cours de montage, le film ne se cantonne plus dans la visionneuse
mais s’affiche en plein écran. On peut aussi travailler en mode
"Time line", cette fois chaque clip figure avec une longueur
proportionnelle à sa durée. Un outil de zoom permet alors
d’étirer ou de contracter cette "Time line".

Le niveau
du son enregistré lors de la prise de vue d’un clip peut être
modifié (après choix du mode "Time line") : diminué,
annulé ou assorti d’un effet de fondu. Des portions sonores peuvent
être éliminées ou décalées par rapport
aux images. Le film peut aussi s’enrichir de sons supplémentaires
provenant de cédéroms musicaux, de fichiers MP3 ; des bruitages
sont également disponibles.

Le titrage
se prépare en écrivant dans une fenêtre de titrage
qui masque le chutier. En dehors de la possibilité de choisir la
police, la taille et la couleur des caractères , 17 modes de placement
et de déplacement sont disponibles.

Des effets
spéciaux peuvent être appliqués à toute séquence.
Cela va du ralenti à l’accéléré en passant
par la lecture inverse et la transformation des images par le biais de
filtres correctifs. Un aperçu en temps réel de l’effet ainsi
que l’annulation de l’effet sont disponibles.

Dernière
étape du montage, c’est la mise en place de transition entre 2
clips lorsque le montage "cut" ne convient pas. Le logiciel
est fourni avec une bibliothèque de 13 transitions. Il s’agit en
autre des fondus d’ouverture, de fermeture ou enchaînés,
des effets de volets (2D seulement) dont on peut régler la vitesse
et la direction. S’ils ne suffisent pas, un téléchargement
sur Internet apporte 40 nouvelles transitions.

Reste à
exporter le film. Cela peut se faire vers la cassette mini DV du camescope
s’il est doté d’une prise "DV in", vers un DVD par l’intermédiaire
du logiciel iDVD (si l’ordinateur est équipé d’un graveur
de DVD), ou vers le logiciel Quicktime qui permettra ensuite le transfert
du fichier au format mov vers d’autres ordinateurs et aussi vers de nouvelles
formes de stockage sur cédérom (formats VCD, S-VCD)

fr.gif (972 octets)Ce logiciel livré en standard avec les ordinateurs de marque Apple est le premier d’une génération de nouveaux logiciels à l’ergonomie particulièrement réussie. Nul besoin de mode d’emploi pour commencer à devenir opérationnel, le travail de montage vidéo dans ce logiciel est remarquablement simple et intuitif. Cette efficacité repose sur l’organisation stable de l’écran de travail. On peut sans hésiter lancer des groupes d’élèves en TPE sur un projet incluant un montage de film vidéo, seule une fiche méthodologique les invitant à enchaîner les étapes du montage dans un ordre pratique sera nécessaire. Plusieurs projets peuvent coexister sur le même ordinateur dans un compromis - ambition des projets et taille du disque dur - (une minute de vidéo importée occupe 220 Mo). Si le nombre de transitions et d’effets spéciaux restent faibles par rapport à d’autres produits grand public, ce qui n’est pas du point de vue du résultat esthétique n’est pas un mal, les possibilités de titrage sont un peu limitées. On peut regretter aussi un manque de souplesse dans le traitement du son, impossible de faire varier pendant le déroulement d’un clip le volume sonore.

Bien sûr,
ce logiciel ne reconnaît les camescopes numériques DV et
ne fonctionne que sur les ordinateurs de la marque Apple mais ces derniers,
conçus aujourd’hui comme des centrales numériques, sont
prêts à jouer en particulier le rôle de table de montage
virtuel sans souci de compatibilité et de fonctionnement comparativement
à bon nombre d’autres ordinateurs de type PC.

Avis du groupe
logobig.gif (1440 octets)
fr.gif (972 octets) Comment résister au plaisir du montage vidéo quand c’est si facile ?
g_fr.gif (946 octets)<font face="Arial" size="2" color="#000080">Autres produits analysés
 

Articles les plus lus

pour renforcer interactions et collaborations ! Courte présentation de padlet avec quelques exemples d’utilisation avec les élèves

Permettre aux élève d’analyser et interpréter des (représentations) graphiques présentant des
"courbes"

Etude, en seconde, de l’unité fonctionnelle et structurale des êtres vivants. Proposition concernant cette séance impliquant la mise en oeuvre de connaissances, de capacités et d’attitudes.

Une des plus récentes découvertes en biologie (...)

Sites à (re)découvrir...

Corpus

Anatomie 3D, vidéos enrichies et pour la santé sont les trois rubriques de ce tout nouveau site, mis en place par le réseau Canopé, sur la découverte du corps humain.

Le guide de mise en œuvre du numérique éducatif - Les MédiaFICHES

Guide académique pour aider les équipes pédagogiques dans la mise en œuvre du numérique dans leur établissement.