. . .

Sciences de la vie et de la Terre

Votre position dans le site

icône du fil d'arianeAccueil du site → Niveaux → Lycée → Terminale S → Article
Auteurs :
Date :
Niveau : Terminale S
Types d'activité pédagogique : Exploitation documentaire, Travaux pratiques, Dossier

[TP/Cours Immuno : Fiches « Prof »] - Cours 2 : Le soi modifié

En raison de problèmes d'hébergement, le site pourrait ne pas fonctionner correctement. Veuillez nous en excuser.

À propos de cet article

Descriptif

Suggestion d’exploitation pédagogique de la cassette vidéo « Immunité à médiation cellulaire ». cours n°2 : Le soi modifié.

Sommaire

Diffusez cet article

En ce moment sur la Une

→ des articles connexes

Ce COURS n° 2 s’inscrit dans une progression d’utilisation de la vidéo « Immunité à médiation cellulaire » . Voir l’article de présentation : L’Immunité à médiation cellulaire.

1- Rappel du cours n° 1

2- Le soi modifié

Conseil : ne pas donner le titre tout de suite ; on le fait deviner aux élèves après ce qui suit.

Rappel : La molécule HLA a une forme de corbeille.

Support : extrait de la cassette partie II : conclusion du typage HLA avec modélisation en trois dimensions de la « corbeille pleine ».

2.1- L’association HLA / peptide

  • Toutes les cellules ayant des molécules HLA peuvent présenter des peptides endogènes . Cela signifie les peptides normalement synthétisés par la cellule, mais aussi les peptides « anormaux », issus de mutations somatiques, ou de peptides viraux.
    • La cellule présente donc n’importe quel peptide se trouvant dans son cytoplasme.
    • Elle a ainsi un moyen de « faire savoir » au système immunitaire l’état de son génôme , non accessible, en présentant ses produits d’expression (peptides) à la surface de sa membrane, dans une molécule référence.
  • Il existe un cas particulier, celui des CPA (cellules présentatrices d’antigène), limité ici aux macrophages . Comme leur nom l’indique, elles peuvent elles aussi présenter un peptide endogène comme toutes les cellules, mais elles ont aussi deux autres propriétés :
    • elles peuvent présenter des peptides exogènes (endocytés ou phagocytés)
    • elles fabriquent une hormone - ou interleukine - indispensable à l’initiation de la réponse immunitaire ( IL1)

NB : Il est important de signaler ces particularités dès ce chapitre ; on verra en effet plus tard que le macrophage est le seul moyen de présenter au système immunitaire ( LT en fait) des antigènes non synthétisés par l’organisme (bactéries, cellules greffées…).Selon le niveau des élèves , on peut illustrer ce phénomène par un schéma synthétique d’exportation des protéines HLA-peptide à la surface de la membrane.)

3- Le SOI référence :

  • La référence pour le système immunitaire sera donc « toute molécule codée par notre génôme »( cours 1 ) rendue accessible par sa présentation dans la « corbeille HLA » (cours 2)
    • C’est l’ensemble « molécule HLA / peptide » qui sera en réalité le vrai marqueur d’identité ou « SOI » .
    • Toute molécule qui n’est pas codée par notre génôme est également présentée dans cette « corbeille ». La forme globale du marqueur d’identité sera modifiée : on parle de SOI MODIFIÉ. (titre III à écrire)
  • Le système immunitaire reconnait une forme dans l’espace ou ne la reconnait pas : il ne fait pas la différence entre une molécule issue d’une mutation de notre génôme, ou celle apportée par un virus ou bien une molécule HLA d’un autre individu présentant ses propres peptides (greffe)

Schéma en plein écran

En réalité, toute molécule qui n’est pas codée par notre génôme est un écart au SOI : il n’y a donc pas , dans l’absolu, de « non - SOI , il n’y a que des écarts à la référence, donc que du SOI MODIFIÉ !

NB : le schéma ci-dessus est distribué avec un large espace au dessus des molécules : il sera repris pour montrer qu’un même récepteur T reconnaîtra une forme globale » SOI / peptide viral ou SOI d’une autre cellule.

Ce raisonnement binaire « est ou n’est pas reconnu » simplifie la compréhension de l’élève et permet de mettre sur un même plan la reconnaissance d’antigènes bien différents ! La même démarche pourait être tenue à l’occasion de l’étude des récepteurs T et B : même un anticorps ne « fait pas la différence » entre un peptide muté et un peptide bactérien  : c’est un écart à la référence donc du SOI MODIFIÉ !

On peut à cette occasion reprendre l’exemple vu au TP 1 : le cas des souris transgéniques . Les élèves doivent à présent être à même de répondre au problème non résolu « qu’est-ce qui a été reconnu ? » et schématiser la cellule transgénique présentant un fragment du facteur IX humain ; ce schéma doit ressembler au second dessin ci-dessus.

Le problème qui reste à résoudre maintenant est comment le système immunitaire reconnaît-il ce SOI MODIFIÉ ?

Post-Scriptum :

Merci à : CLaude VILAIN et Jeanne FREDRIC

Télécharger le fichier Acrobat (80 Ko) pour imprimer.