Sciences de la vie et de la Terre

Le Fort d’Ivry 94200

15 / 12 / 2009 | Jacques Genty

 1- Identité du site

coordonnées géographiques Le fort d’Ivry
latitude 48° 48’ 16’’ N
longitude 02° 23’ 20’’ E
Coordonnées Système Lambert 2 étendu X : 603860 Y : 2422892
Altitude 60 m environ
accès
Roches calcaires, Loess
Age : Lutétien, Quaternaire
Objets, structures et phénomènes géologiques : Matériaux de construction, Cryoturbation ;
JPEG - 159.9 ko
Le site du Fort d’Ivry

accès google map

Accès direct aux items : Pédagogie ou Compléments

 2- L’affleurement

JPEG - 242.4 ko
Vue générale de l’affleurement
( année 1975 , depuis le talus a été bétonné ! )

Le fort d’Ivry [1] - dont la construction, décrétée par Thiers, remonte à 1846- est une fortification semi enterrée au sommet du plateau d’Ivry. Ce fort est en outre bordé de fossés, occupés actuellement par des jardins ouvriers ; La route du fort d’Ivry s’enfonce dans le plateau et permettait ( les photos datent de 1975) l’observation de la roche en place qui affleure au niveau du talus.

JPEG - 277.3 ko
Affleurement vue rapprochée

Le calcaire couleur blanchâtre, est assez altéré en surface, et recouvert par une couche (brun clair) de loess et de terre végétale ( brun foncé)

2.1- En surface

  • Observation de l’affleurement :
    JPEG - 259.1 ko
    Aflleurement : poches de cryoturbation dans le calcaire
    ( L’échelle est donnée par la carte pliée)

    Dans l’épaisseur de la couche de calcaire blanchâtre on observe plusieurs « taches » brunes de forme sub circulaire d’environ 50 à 60 cm de diamètre.

    GIF - 326.2 ko
    Schéma d’interprétation Affleurement
    • 1 bordure de trottoir ;
    • 2 trottoir
    • 3 éboulis.
    • 4 calcaire.
    • 5 poches de cryoturbation.
    • 6 carte ( échelle)
    • 7 Loess.
    • 8 végétation et son ombre.
  • Explication : Pendant le Quaternaire, les sols ont subi une glaciation sur plusieurs mètres de profondeur. Soumise à des alternances du gel et dégel entrainant dilatation et rétractions de l’eau imbibant la roche. Celle-ci est cassée puis finalement pulvérisée ; en surface des poches liées à des migrations des particules se forment ; Ce sont les poches de cryoturbation. En effet « Les limons, très gélifs, ont ainsi tendance à s’injecter dans les autres matériaux, provoquant de petits plis (formes en chaudron) » in Société Suisse de GéoMorphologie

2.2- Couches sous-jacentes

  • Observation Le calcaire observé n’est visible que sur quelques dizaine de centimètres. Il s’agit du calcaire grossier du lutétien inférieur. Des sondages permettent d’obtenir des informations plus complètes.

Le site « infoterre du BRGM » [2] permet de localiser quelques sondages à proximité du fort et à une altitude presque identique.
Le lien ci dessous conduit à une fiche indiquant les caractéristiques d’un sondage situé à l’ouest du fort, un tableau synthétique (Log géologique numérisé) des couches et donne accès à une « coupe géologique » montrant les épaisseurs du calcaire.
fiche infoterre

GIF - 48.4 ko
Fiche signalétique d’un sondage
Copie d’écran
Document original « infoterre-BRGM »
GIF - 66 ko
Coupe géologique schématique fort
Document « infoterre-BRGM »

A défaut de pouvoir voir les roches in situ dans le sous-sol on s’intéressera aux matériaux de construction...

 3- Les matériaux de construction

3.1- Au fort d’Ivry

On retrouve au fort d’Ivry les matériaux utilisé à l’époque pour la construction : ( observations de juin 2008).

  • La Meulière. Plus ou moins compacte et dense, elle est ici taillée en moellon de forme parallélépipédique. Cette meulière provient de Buc en Vallée de Chevreuse.
  • Le Calcaire. Il constitue les pierres d’appareillage « noble » pour encadrer le portail, les meurtrières. Il est assez facile à tailler et peut prendre des formes plus adaptées et « élégantes »que la meulière. Cette pierre de taille provient de carrières d’Arcueil
    JPEG - 146.3 ko
    Matériaux de construction du fort
    • Pierres d’encadrement des meurtrières en Calcaire.
    • Remplissage en moellon de meulière .

3.2- Sur la route d’accès

  • Bordures de trottoir . Autrefois on trouvait près de l’affleurement des bordures en calcaire, elles ont été remplacées par celles, hélas plus uniformes, en béton ! Il demeure cependant ( en juin 2008) vers l’entrée du fort des bordures en grès de Fontainebleau.
    JPEG - 163.9 ko
    Matériaux de construction aux abords du Fort
    • Bordure de trottoir en grès de Fontainebleau.
    • Pavage en granite ( origine inconnue)
  • Pavage . L’essentiel de la route est désormais goudronné. vers l’entrée du fort on trouve quelques pavés de granite encore non recouverts !

 4- Documentation complémentaire

[1[informations historiques du ministère de la défense.

[2voir les compléments ci dessous

 

Articles les plus lus

Permettre aux élève d’analyser et interpréter des (représentations) graphiques présentant des
« courbes »

Etude, en seconde, de l’unité fonctionnelle et structurale des êtres vivants. Proposition concernant cette séance impliquant la mise en oeuvre de connaissances, de capacités et d’attitudes.

L’académie de Créteil organise une après-midi (...)

réflexion et proposition pour une séance de TP de 2nde sur le plan d’organisation des Vertébrés