Logo du site

Sciences de la vie et de la Terre

Communiquer avec un smartphone

24 / 06 / 2013 | Patrice Nadam | Nathalie Lepouder | Vincent Audebert | Anne-Cecile Martin | David Bosdure

Le smartphone est un outil de communication par excellence ! Cependant, ce n’est pas l’usage des communications téléphoniques et l’envoi des SMS que nous avons expérimenté, mais l’utilisation des appareils mobiles comme support d’une communication scientifique. En effet, il est possible de réaliser rapidement un court compte-rendu d’une observation, d’une expérience...

Tout comme pour les nouvelles épreuves d’ECE, il est important, lors des séances de TP, de laisser aux élèves le choix de la forme de leur compte-rendu. Si, dans certains cas, on impose une communication sous forme numérique, il est alors nécessaire de leur proposer différentes solutions, en tenant compte de leurs compétences et surtout des fonctionnalités offertes par leur appareil mobile. Par exemple, pour décrire les résultats d’une expérience ou l’anatomie d’un organe, ils auront le choix entre :
-  placer des étiquettes sur le réel et prendre une simple photo ;
-  prendre une photo sans étiquettes et annoter le cliché sur leur appareil [1] ;
-  filmer une description orale.

Dans la cadre d’un TP sur la résistance bactérienne, les élèves sont amenés à établir un antibiogramme. La méthode choisie par un binôme pour présenter sa préparation avant incubation est simple et efficace. On peut s’interroger cependant quant à la conservation des indications apportées, au moment de la lecture des résultats.
JPEG - 1.4 Mo

Ci-dessous, une présentation de résultats d’expérience faite à l’aide de l’application ReportMonster permettant de prendre des clichés et de les annoter.
JPEG - 54.1 ko

Cette production de plusieurs pages, réalisée avec l’application ReportMonster, présente différentes étapes de la dissection du cœur. PDF - 379.9 ko

* De nouvelles contraintes

Faire un compte-rendu avec un smartphone engendre de nouvelles contraintes. La première est de taille. En effet, la petite surface que représente un écran de téléphone impose d’avoir un esprit de synthèse. Impossible d’écrire un roman fleuve. L’élève est contraint de s’expliquer en quelques mots ou de trouver les mots justes pour annoter un cliché.

Ci-dessous : exemple d’un compte-rendu réalisé spontanément par un élève de terminale S. La mise en évidence des résultats et leur analyse font certes défaut, mais l’élève a réussi à traduire l’essentiel sur la faible surface disponible que représente un écran de smartphone.

JPEG - 59.2 ko

Les élèves sont généralement peu habitués à réaliser des vidéos de qualité. Aux exigences habituelles d’une prise de vue, s’ajoutent des contraintes spécifiques aux appareils mobiles. Comme pour n’importe quel film, il faudra faire attention :

- au cadrage (plan large / gros plan),
- à la netteté,
- à la lumière (risque de sous-exposition et de surexposition),
- à l’environnement sonore.

Il faudra en plus :
-  vérifier l’orientation (verticale/horizontale) du smartphone lors de la prise de vue,
-  contrôler la stabilité de l’image (tremblement) et éviter les mouvements trop rapides et répétés,
-  parler dans le micro incorporé à l’appareil.

Dans la vidéo ci-dessous (vidéo sur la description du cœur) l’élève-caméraman tenait le smartphone verticalement. Cela ne pose aucun problème particulier lors d’une lecture sur le télèphone lui-même, mais pour une lecture sur un ordinateur il sera nécessaire de tourner l’image de 90°. Le lecteur VLC propose une option permettant de faire pivoter l’image sur la droite ou sur la gauche lors de la lecture. Certains convertisseurs de fichiers vidéo permettent de le faire au moment de la conversion. C’est le cas du logiciel Format factory [2]

On peut également se rendre compte, dans cette vidéo, du brouhaha obtenu comme fond sonore. Impossible de s’isoler pour effectuer l’enregistrement !

Dans le second exemple, les élèves ont réalisé une vidéo afin d’expliquer les muscles fléchisseurs et extenseurs. On notera le manque de stabilité de l’image, défaut fréquent dans les vidéos faites avec les appareils mobiles. De plus les nombreux travellings nuisent à la lecture de la vidéo. En travelling avant, l’image devient floue et le narrateur risque d’être hors de portée du micro.


Pour que les élèves prennent conscience de ces défauts, il est nécessaire de les laisser faire quelques courts essais, puis de travailler sur les critères de réussites lors d’une séance de visionnage collectif. Une professeure a demandé à ses élèves de filmer les gestes techniques d’une expérimentation afin de remplacer la fiche technique papier et dans le but de communiquer aux élèves d’autres classes. Les premiers jets ont été analysés par la classe et les critères de réussite ont été définis et représentés sous forme d’une carte heuristique (voir plus loin)

* De « nouveaux » comportements

Sachant que leur production sera regardée et analysée, les élèves font très attention à la mise en scène.

La blouse est mise rapidement : « Ça fait plus sérieux, plus crédible ! » Le poste de travail est mieux rangé et organisé. On a même la sensation que les gestes techniques sont plus réfléchis. Certains élèves répètent même la scène. Ils sont davantage respectueux de leurs camarades et font attention à ne pas se gêner pendant les enregistrements. Ils ferment d’eux même les rideaux pour éviter la surexposition.

Dans cette vidéo d’une expérience proposée par un groupe d’élèves, on entend très clairement les échanges qui ne sont pas toujours adaptés, mais aussi la remarque d’un des membres du groupe sur la perturbation de l’expérience engendrée par la discussion…

Ces séances sont l’occasion de partager leurs connaissances. Ainsi un élève a indiqué l’existence de l’application Youtube Capture aux fonctionnalités généralement plus riches que celles de l’outil intégré.

Les élèves ont généralement le plaisir de filmer et de montrer leur réalisation. Inversement, certains d’entre eux n’osent pas et n’apprécient pas de diffuser leur vidéo à l’ensemble de la classe.

* Une évaluation possible

On a rarement l’occasion de conserver une trace des gestes effectués par les élèves. Avec une vidéo (ou une série de photographies), l’enseignant peut évaluer tous ses élèves, ou, du moins, plus d’élèves qu’il ne le ferait, en direct, en classe.

On peut non seulement évaluer les gestes techniques, mais également la réalisation du support de communication. Les critères d’évaluation sont élaborés par le groupe classe. Ils sont présentés sous forme d’une carte heuristique et connus des élèves.

JPEG - 120.9 ko

Les productions sont également un support à la remédiation. On peut envisager de proposer aux élèves de s’auto-évaluer par binôme ou d’organiser des projections collectives pour analyser certaines vidéos. C’est ce qui a été fait avec la vidéo ci-dessous. Les élèves n’ont pas manqué de noter l’inexactitude du vocabulaire (« lamelle à la place de lame ! ») et le manque d’organisation du poste de travail. Ils ont également discuté sur la pertinence de cette vidéo comme support de communication. La vidéo est incomplète et ne permet pas de montrer l’ensemble des gestes techniques. La caméra est peu stable et aurait dû être placée différemment, car les opérations sont trop souvent masquées par les mains de l’élève.

http://www.youtube.com/watch?v=gqe4ka-rRqg

* Les applis utilisées

PNG - 30.3 ko Report Monster permet de prendre des photos et de les annoter. Il génère un fichier pdf qui peut contenir plusieurs pages. PNG - 2.9 ko
PNG - 31.2 ko Mental Notes , à la manière d’Evernote, permet de combiner texte, dessins, enregistrements vocaux et images que l’on peut annoter. PNG - 2.9 ko
PNG - 34.1 ko Skitch permet d’annoter des images (cartes, photos, captures d’écran...) avec flèches, formes, texte… PNG - 2.9 ko
PNG - 2.4 ko
PNG - 35.6 ko Youtube capture permet d’enregistrer des vidéos et facilite la mise en ligne et la gestion du partage (YouTube, Google+, Facebook et Twitter). L’application permet la correction automatique des couleurs, de la stabilisation et du cadrage. Elle permet aussi le redécoupage de la vidéo et l’ajout de pistes musicales (mais impossible d’enregistrer une voix-off). PNG - 2.9 ko

La Logithèque mobile du site académique vous propose une liste d’applications utilisables en SVT.

[1Pour annoter un cliché, il est nécessaire d’avoir des applications spécifiques telles que Skitch ou ReportMonster

[2Il suffit de choisir le paramètre Avanced – Retourner Droit ou Gauche selon le cas

 

Articles les plus lus

Animation présentant les principales étapes de la technique d’autoradiographie.

Permettre aux élève d’analyser et interpréter des (représentations) graphiques présentant des
"courbes"

réflexion et proposition pour une séance de TP de 2nde sur le plan d’organisation des Vertébrés

Etude, en seconde, de l’unité fonctionnelle et structurale des êtres vivants. Proposition concernant cette séance impliquant la mise en oeuvre de connaissances, de capacités et d’attitudes.