Sciences de la vie et de la Terre

L’Observatoire de la Biodiversité des Jardins

28 / 02 / 2009 | Frédéric Lalevée

Nous vous proposons de participer et de faire participer ceux de vos élèves qui le souhaitent à l’Observatoire de la Biodiversité des Jardins (OBJ).

 Présentation de l’OBJ

L’Observatoire de la biodiversité des Jardins est une initiative du Muséum national d’Histoire naturelle et de Noé Conservation.

Il s’agit de réaliser des comptages de certaines espèces de papillons, de mollusques et de bourdons, parmi les plus répandues, dans les jardins privés. Voici la présentation générale du site du Museum

« La grande diversité et les exigences écologiques variées des espèces d’invertébrés* (insectes et autres petites bêtes) leur confèrent un rôle d’indicateurs de la qualité des milieux naturels, et donc de la santé de nos écosystèmes. Dans le cadre de l’initiative Vigie-Nature du Muséum national d’Histoire naturelle et du programme Papillons & Jardin de l’association Noé Conservation, un Observatoire de la Biodiversité des Jardins a été créé en partenariat avec la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme. Ce programme repose sur des données d’observation de la nature collectées par toutes les personnes désireuses de participer à un grand programme scientifique. Base de données centralisée, cet observatoire grand public permet de rassembler, puis d’analyser les observations collectées dans les jardins. »

* comprendre non-vertébrés ndlr.

Tous les utilisateurs de jardin sont invités à chercher les papillons, les mollusques et les bourdons, à les identifier à l’aide de clés simples ou de planches téléchargeables et à transmettre leurs observations aux scientifiques du Muséum. On peut participer une fois ou régulièrement, il n’y a pas d’engagement : c’est facile et toutes les observations comptent, même les valeurs zéro. Les papillons, les mollusques et les bourdons comptent sur vous !

Pour plus de détails, voir

Le site du Museum

La page de présentation sur le site de Noéconservation

Comment s’inscrire ?

L’inscription se fait en ligne sur le site du Museum

Lors de l’inscription, on est invité à choisir un pseudo, un mot de passe, et un nom pour son jardin.

L’inscription se fait à la carte pour tout ou partie de l’OBJ, papillons, mollusques ou bourdons.

Quelle est la fréquence des relevés ?

Le principe des relevés est simple. Pour les papillons et les bourdons, on indique sur le site le nombre maximal d’individus d’une espèce donnée vus au même moment dans son jardin au cours du mois. On remplit donc sa page au début du mois suivant. Si on constate que l’on a fait une erreur, on peut corriger les valeurs.

Pour les mollusques, il ya plusieurs modalités, l’une qualitative et l’autre quantitative (voir http://opj.mnhn.fr/protocoleEscargo...

 Faire participer nos élèves à l’OBJ

L’OBJ est l’occasion de participer à une activité scientifique collective, de façon plaisante et peu contraignante. La présentation peut se faire en une ou deux interventions de 15 minutes chacune. Les mollusques n’étant pas très attirants pour les élèves, on peut se limiter à leur présenter l’Observatoire des Papillons de Jardin (OPJ).

Présenter l’OPJ dans le cadre de la sauvegarde des espèces (15 minutes)

Une simple présentation de l’OPJ, de ses modalités et des premiers résultats (voir plus loin) peut se faire en un quart d’heure. On peut ensuite distribuer des planches de détermination aux élèves qui s’engagent à participer.

On peut ajouter que les professeurs ou les élèves les plus intéressés par ce genre d’activité pourront ensuite participer à des relevés plus précis, comme le suivi temporel des oiseaux communs (STOC), ou le suivi temporel des Rhopalocères (papillons de jour) de France (STERF), autre initiatives du Museum.

Entraîner les élèves à la reconnaissance des papillons de la première liste (15 minutes)

Pour motiver les élèves et leur montrer le caractère plaisant des observations, on peut organiser une séance d’un quart d’heure, pendant laquelle on projettera des photos des 28 papillons de la première liste. Les élèves devront déterminer les noms des papillons à l’aide de planches couleurs que l’on aura imprimées.

Cet exercice est assez motivant et les élèves se prennent au jeu et participent activement.

Les difficultés de mise en place d’un suivi des papillons de jardin avec nos élèves

  • Le manque d’intérêt d’une partie des élèves. Certains n’ont pas de jardin, d’autres ne s’intéressent pas aux papillons. Ce n’est pas très grave, car il suffit que quelques uns participent.
  • Le faible nombre d’espèces de papillons dans les zones urbaines. Lorsqu’on a déterminé les 3 espèces de son jardin et qu’aucune autre n’apparaît, la motivation s’estompe.
  • La légère contrainte d’un suivi continu. Il faut penser à regarder régulièrement dans son jardin.
  • Les difficultés liées à la détermination de certaines espèces.

En effet, les planches d’identification sont souvent incomplètes. Elles ne représentent parfois qu’un aspect de l’espèce (par exemple vu de dessus). L’aspect ailes repliées est souvent assez différent et certains papillons maintiennent leurs ailes repliées à l’arrêt (Silene, Soucis). Il y a aussi les différences liées au dimorphisme sexuel, les différences entre espèces classées dans un même groupe : par exemple le groupe des Piérides blanches, ou ceux des Azurés, des Hespérides tachetées, des Sylvains, ....

Il est donc utile de constituer et de distribuer aux élèves de fiches d’identification sur lesquelles figurent tous les aspects possibles (dessus, dessous, différentes espèces au sein d’un groupement, dimorphisme sexuel, tailles relative).

À propos des photos : il est très utile de prendre le plus de photos des papillons que l’on détermine. Cela permettra de corriger éventuellement plus tard une détermination erronée. Par exemple, on peut confondre Soucis et Fluoré (et éventuellement Citron) pendant des mois, puis s’apercevoir qu’il y a en fait 3 papillons jaunes. Le réexamen des photos, qui contiennent la date et l’heure de la prise de vue, permettra de corriger les relevés. On peut corriger les saisies des mois antérieurs sur le site de l’OPJ.

 Travailler sur les résultats de l’OPJ

En TPE, lors des thèmes au choix en seconde, lors des activités de pré-TPE mises en place dans certains lycées, en MISVT, il est possible de faire un travail d’analyse des résultats des années antérieures.
Les données des années antérieures se trouvent sur le site de Noéconservation sous formes de pages web

ou de dossiers de presse qui paraissent tous les ans. Celui de 2008 est particulièrement intéressant.

Dossier de presse avril 2008 par le site du museum
ou par le site de Néoconservation

Voici un petit exemple de travail sur les données du DP 2008 concernant l’académie de Créteil. Ce travail a été réalisé en MISVT, au lycée Jean Rostand. Ce sont des résultats que l’on peut montrer lors de la présentation générale de l’OPJ.

Nous avons utilisé les TICE pour analyser les résultats des départements de Seine et Marne et de Seine-Saint-Denis.

La carte du nombre d’espèces de papillons en Île de France (ci-dessus) présente des résultats attendus. Il y a de plus en plus d’espèces de papillons lorsqu’on s’éloigne de Paris. On remarque cependant quelques taches bleues (peu d’espèces) dans le rouge (beaucoup d’espèces) et aussi l’inverse.

Nous avons voulu superposer les jardins sur les résultats, afin de voir leurs rapports (voir ci-dessous).

La superposition a été réalisée avec l’outil Pipette d’Open Office.

Nous avons alors remarqué plusieurs choses :

  • Certains jardins semblent être des zones riches dans un environnement pauvre (rouge au sein de bleu) et d’autres des zones pauvres dans un environnement riche (bleu au sein de rouge).
  • Dans les zones où il ya peu de jardins, il est évident qu’une interpolation a été faite, mais avec quelle loi ? Par exemple pourquoi a-t-on mis du jaune entre les deux zones bleues de l’est de la Seine et Marne.
Afin de mieux comprendre l’influence des jardins, nous avons voulu les localiser avec précision. Nous avons donc superposé la carte des villes sur les jardins, par exemple en Seine Saint Denis.

On voit alors très bien qu’il y a bien un point par commune. On peut déterminer les communes comptant le plus de jardins suivis, celles où aucun jardin n’est suivi, …

La superposition des villes sur les jardins dans le même département permet de constater bien d’autres choses, puis de chercher à les expliquer ....

 

Articles les plus lus

Permettre aux élève d’analyser et interpréter des (représentations) graphiques présentant des
« courbes »

réflexion et proposition pour une séance de TP de 2nde sur le plan d’organisation des Vertébrés

Etude, en seconde, de l’unité fonctionnelle et structurale des êtres vivants. Proposition concernant cette séance impliquant la mise en oeuvre de connaissances, de capacités et d’attitudes.

pour renforcer interactions et collaborations ! Courte présentation de padlet avec quelques exemples d’utilisation avec les élèves