Sciences de la vie et de la Terre

Partager et mutualiser à partir d’un smartphone

26 / 06 / 2013 | Patrice Nadam | Nathalie Lepouder | Vincent Audebert | Anne-Cecile Martin | David Bosdure

Les productions que les élèves ont faites sur leur smartphone doivent, un moment ou un autre, pouvoir être partagées. Que cela soit une simple projection de leur écran à toute la classe ou une diffusion des fichiers, cette étape est importante pour pouvoir envisager un travail collectif voire collaboratif. Malheureusement, rien n’est simple dans ce domaine pour l’instant comme en témoigne l’explication donnée par un professeur qui « a fait avec les moyens du bords ».


Les élèves ont envoyé la vidéo par mail avec leur téléphone (et leur connexion 3G). Ensuite, ils l’ont téléchargée sur le PC de leur paillasse et l’ont transférée sur une clé USB pour la déposer sur mon poste. Puis nous l’avons projetée à l’aide du vidéoprojecteur.

Plusieurs solutions existent, mais elles ne sont jamais réellement satisfaisantes. Elles dépendent trop souvent des conditions techniques et matérielles. L’enseignant, en fonction du matériel disponible et des contraintes de l’établissement, devra s’adapter pour proposer, à chacun, la solution la plus adéquate.

Ces travaux peuvent être diffusés à une plus large échelle que la classe. À l’échelle de l’établissement, par exemple, en les déposant sur l’ENT ou à une échelle supérieure en les diffusant sur le site du lycée, voire sur des espaces d’échanges « grand public ». Une collègue témoigne :


En diffusant leurs travaux en ligne, les élèves peuvent se faire connaitre et acquérir une nouvelle forme de reconnaissance.


Les élèves sont ainsi valorisés. Les productions, soumises au regard des autres, sont spontanément plus soignées. Cependant, il est parfois bon de rappeler qu’il est préférable d’éviter le langage SMS qui n’est pas toujours compris par tous...

  Diffuser l’écran du smartphone

Diffuser par vidéoprojection l’écran du smartphone de l’élève est une bonne méthode pour déclencher un travail avec l’ensemble de la classe. Pour l’instant, aucune solution adaptée à tous les types d’appareil n’a été trouvée.

La solution la plus simple est d’utiliser un câble vidéo (VGA ou HDMI) branché sur le vidéoprojecteur. Malheureusement un adaptateur, de quelques dizaines d’euros, est nécessaire… et, bien sûr, pour un adaptateur donné, les smartphones ne sont pas tous compatibles. Ce peut même être le cas pour les différents modèles d’une même marque !

Apple vend un boîtier, l’Apple TV, qui peut diffuser sur TV ou vidéoprojecteur, l’écran des smartphones ou des tablettes. Il est uniquement compatible avec les mobiles de la marque et nécessite que l’ensemble des appareils soient connectés au même réseau Wifi.

Des solutions logicielles existent. On récupère sur l’écran de l’ordinateur l’image d’un smartphone (voire de plusieurs en simultané !) qui peut être vidéoprojetée. Pour les appareils sous iOS, on peut utiliser les deux logiciels payants AirServer et Reflector. Pour les smartphones sous Android, il semble exister une solution que nous n’avons pas encore testée. Pour ces solutions, le wifi est également nécessaire.

L’idéal est d’utiliser un vidéoprojecteur UPnP (Universal Plug and Play ) WIFI qui permet une communication directe avec les appareils, sans installation de réseau. La mise en place de la norme DLNA (Digital Living Network Alliance) doit permettre d’assurer la communication des appareils de marques différentes. Mais les établissements ne sont pas encore équipés.

  Récupérer les données sur un ordinateur

Avec un câble de partage, on peut transférer les données d’un smartphone directement vers un ordinateur. Là encore, les câbles ne sont pas interchangeables entre les modèles. Certains appareils mobiles nécessitent un logiciel spécifique pour permettre la lecture et le transfert des données.

Une autre possibilité est de récupérer la carte mémoire du téléphone, si ce dernier en possède une et que les données ont été sauvegardées dessus. Pour la lecture, l’ordinateur devra posséder un lecteur de carte. Le format le plus souvent utilisé est le MicroSD qui nécessite un adaptateur pour être lu par un lecteur SD. Il existe, dans le commerce, de petits lecteurs ressemblant à des clés USB dans lesquels on peut introduire des cartes mémoires MicroSD.

  Partage ad-hoc

Grace au bluetooth, il est possible de partager les données de mobile à mobile.
Malheureusement, là encore, les appareils sous iOS ne peuvent communiquer qu’entre eux !

Une solution bien pratique est celle proposée par BUMP qui permet d’échanger de smartphone à smartphone (ou tablette), quelque soit la marque. Il suffit que les deux appareils aient l’application correspondante installée. Il est même possible de faire un transfert de mobile à PC simplement en affichant la page https://bu.mp/ dans le navigateur de l’ordinateur. La méthode d’envoi par entrechoquement est assez spectaculaire. La réaction est très rapide, mais le fichier semble cheminer par l’intermédiaire du web. Aucune indication n’est donnée sur une éventuelle conservation des fichiers et le protocole de cheminement. Ça ressemble à une communication ad-hoc mais, les smartphones doivent avoir une connexion internet…

  Vers le cloud

Les méthodes que nous avons le plus souvent utilisées sont :

  • L’envoi par courriel avec pièce jointe
  • L’utilisation de sites de transfert de gros fichiers comme Wetransfert
  • L’utilisation de services de stockage et de partage en ligne tels que DropBox et Google Drive

Ce dernier, Google Drive, permet de rendre disponibles les fichiers hors connexion. Ainsi, il est possible de modifier et compléter les documents sans être sur le réseau (mode off line), puis de les synchroniser plus tard avec le fichier en ligne (mode on line). On peut envisager avec cet outil un travail collaboratif en temps réel.

JPEG - 87.9 ko
Photographies de la dissection du cœur déposées sur l’espace commun en ligne de la classe (service Dropbox).

Certaines applications particulières permettent de diffuser les productions directement sur des espaces réservés. C’est le cas de Youtube Capture qui permet de capturer et modifier les vidéos, mais aussi qui facilite le dépôt des fichiers sur Youtube

Toutes ces méthodes nécessitent d’avoir une connexion internet (wifi ou 3G) et de posséder un compte ou une adresse électronique. Il est préférable, pour ces usages en classe, de ne pas utiliser les comptes personnels mais de générer (avec l’autorisation des parents) des comptes spécifiquement créés pour l’occasion.

  Quelques applis utilisées

PNG - 17.9 ko Bluetooth Photo Share permet de partager les photos par bluetooth entre appareils sous iOS. PNG - 2.9 ko
PNG - 24.7 ko Bump pour partager des fichiers avec un simple entrechocage entre deux smartphones ou un smartphone et un PC !. PNG - 2.4 koPNG - 2.9 ko
PNG - 17.3 ko Dropbox application permettant de communiquer avec le service en ligne de stockage et de partage de fichiers Dropbox PNG - 2.4 koPNG - 2.9 ko
PNG - 15.5 ko Google Drive application permettant de communiquer avec le service en ligne de stockage et de partage de fichiers Google Drive PNG - 2.4 koPNG - 2.9 ko

La Logithèque mobile du site académique vous propose une liste d’applications utilisables en SVT.

 

Articles les plus lus

Il y a autant de classes inversées qu’il y a de professeurs et de classes, pour autant elles partagent toutes des points communs qui sont au coeur de cette pédagogie.

réflexion et proposition pour une séance de TP de 2nde sur le plan d’organisation des Vertébrés

Permettre aux élève d’analyser et interpréter des (représentations) graphiques présentant des
« courbes »

Etude, en seconde, de l’unité fonctionnelle et structurale des êtres vivants. Proposition concernant cette séance impliquant la mise en oeuvre de connaissances, de capacités et d’attitudes.