Logo du site

Sciences de la vie et de la Terre

Bonobo, chimpanzé et genre Homo

17 / 09 / 2015 | Frédérique Théry

Cette activité est extraite d’un dossier proposant un ensemble de ressources pédagogiques autour du bonobo. Une exploitation possible de ces ressources en classe y est proposée, dans le cadre du programme de SVT du lycée.
PDF - 2.3 Mo

Bonobo, chimpanzé et genre Homo

Niveau : terminale S
Lien avec le programme :
Le genre Homo regroupe l’Homme actuel et quelques fossiles qui se caractérisent notamment par une face réduite, un dimorphisme sexuel peu marqué sur le squelette, un style de bipédie avec trou occipital avancé et aptitude à la course à pied, une mandibule parabolique, etc.

« L’université d’état de Wayne, à Détroit (Etats-Unis) a analysé les 97 gènes fonctionnels de l’homme et du chimpanzé. La coïncidence entre les deux génomes est de 99.4 %. Devant tant de ressemblances ils ont proposé de classer les Pan troglodytes et les Pan paniscus dans le genre Homo. Pour mémoire, actuellement, l’Homo sapiens est l’unique représentant du genre. »
D’après : LeMonde.fr, 28/11/2003.

Exploitation possible : discuter à partir de considérations anatomiques la pertinence de distinguer le genre Pan (regroupant les chimpanzés et bonobo) du genre Homo.

Document 1. La bipédie chez les grands Primates.
D’après : http://acces.ens-lyon.fr/biotic/evo...

Document 1a. L’importance de la bipédie chez les différentes espèces de grands Primates.
« La quadrupédie spécialisée des chimpanzés et des gorilles comme la marche des orangs-outans laissent peu de place à la bipédie. Cependant, des observations récentes incitent à reconsidérer cette question. Les gibbons une fois au sol, ce qui est rare, sont bipèdes. Les orangs-outans, aux mœurs peu terrestres, sont très rarement bipèdes. Les gorilles, aux mœurs très terrestres, sont peu bipèdes, sauf quand ils menacent en frappant la poitrine de leurs poings. Les chimpanzés sont plus éclectiques. Ils sont bipèdes en se déplaçant les pieds sur des grosses branches et en se tenant à l’aide d’un bras saisissant une banche plus élevée. Au sol, ils sont bipèdes lors de déplacements menaçants et pour effectuer des gesticulations intimidantes, ce qui est très fréquent chez les mâles, mais observé aussi chez les femelles. Plus intéressant, ils marchent debout lorsqu’ils transportent des bâtons ou certaines nourritures. Parfois, quand le sol est boueux ou offre un contact désagréable, ils déambulent sur deux jambes. La bipédie fait partie de leur répertoire locomoteur, même si elle intervient dans à peine 5 % de leurs déplacements. Ils ne sont évidemment pas adaptés à la bipédie, mais leur répertoire locomoteur offre cette possibilité.
Connus et observés depuis peu de temps, les bonobos ne cessent de nous surprendre. Plus arboricoles que les autres chimpanzés, ils ont une morphologie plus longiligne (…). Ils sont donc d’excellents acrobates, se suspendent, pratiquent la brachiation (déplacement par alternance des mouvements des bras). Au sol, ils utilisent aussi le « marcher sur les phalanges » et très volontiers la bipédie. Ils se révèlent beaucoup plus bipèdes que tous les autres grands singes connus et, en raison de leur morphologie longiligne qui rappelle celle de l’homme, suscitent des ressemblances étonnantes. Quant à l’homme, il se distingue comme un bipède exclusif qui conserve de belles aptitudes pour la suspension. »

Document 1b. Tableau comparatif de la bipédie chez les grands singes et l’homme.
JPEG - 78.5 ko Remarques : (1) La menace est plus fréquente chez les mâles, mais s’observe aussi chez les femelles. (2) Ne sont transportables que les nourritures transportables, comme les proies. L’homme transporte toutes sortes de nourritures depuis l’invention du panier. (3) Cela ne concerne que les femelles. Il arrive que les mâles agissent ainsi chez les hommes, mais c’est rare. (4) Chez les gorilles et les orangs-outans les mâles, en raison de leur corpulence, observent des mœurs plus terrestres. (5) Seul l’homme est capable de courir debout, ce qui correspond à un trot vertical. (6) Les enfants abandonnés puis adoptés par des loups marchaient et couraient à quatre pattes. Une fois de retour chez les hommes, ils apprennent à marcher mais continuent à détaler à quatre pattes.

Document 1c. Répertoires locomoteurs des hominidés.
JPEG - 53.7 ko Ces chiffres proviennent d’observations sur le terrain (sauf pour A. afarensis), et sont très variables. L’homme est un bipède très spécialisé qui a sacrifié les autres modes de locomotion. En ce qui concerne le grimper, cela dépend du milieu et des activités économiques (collecte de fruits dans des milieux forestiers tropicaux), mais cela reste très marginal. Les variations sont plus marquées chez les chimpanzés. Ceux des forêts tropicales se suspendent plus et marchent moins à terre que ceux des savanes arborées. Les bonobos sont à la fois les plus arboricoles et les plus bipèdes des grands singes. Quant aux gorilles des montagnes, les mâles vont très peu dans les arbres alors que les femelles, bien moins corpulentes, s’y réfugient plus souvent. Les gorilles de plaine se révèlent plus arboricoles.

Document 1d. Observation de la bipédie chez le bonobo.
• Photographie d’un bonobo se déplaçant en station debout (Sanctuaire Lola Ya Bonobo, Kinshasa, RDC - © Lola Ya Bonobo).
JPEG - 51.3 ko

• Vidéo montrant la bipédie chez un bonobo : https://www.youtube.com/watch?v=KBP...

Document 2. Comparaison d’un bassin de bonobo (photographie), de chimpanzé, d’homme et d’Australopithecus afarensis.
JPEG - 11.6 ko PNG - 132.8 ko Schéma d’après : http://svt.ac-dijon.fr/schemassvt/a...

Document 3. Comparaison des crânes.

Document 3a. Photographie d’un crâne de bonobo vu de face, de profil et de dessous.
JPEG - 15.8 ko JPEG - 18.1 ko JPEG - 22.9 ko

Document 3b. Photographie d’un crâne d’Homo sapiens vu de face, de profil et de dessous.
JPEG - 24.8 ko JPEG - 33.1 ko JPEG - 30.9 ko D’après : http://www2.ac-lyon.fr/enseigne/bio...

Document 3c. Photographie d’un crâne de chimpanzé vu de face (gauche), de profil (milieu) et de dessous (droite).
JPEG - 36.3 ko JPEG - 40.9 ko JPEG - 36.3 ko D’après : http://www2.ac-lyon.fr/enseigne/bio...

Document 4. Comparaison d’une mâchoire inférieure de bonobo (photographie), de chimpanzé et d’homme.
JPEG - 17.2 ko JPEG - 51.8 ko D’après Belin

Remarque : l’homme n’est pas le seul Hominidé bipède. Le répertoire locomoteur du chimpanzé et celui du bonobo possèdent une certaine part de bipédie. Cependant, l’homme est le seul à avoir une bipédie exclusive.

Pour aller plus loin :

 

Articles les plus lus

réflexion et proposition pour une séance de TP de 2nde sur le plan d’organisation des Vertébrés

Animation présentant les principales étapes de la technique d’autoradiographie.

Permettre aux élève d’analyser et interpréter des (représentations) graphiques présentant des
"courbes"

Etude, en seconde, de l’unité fonctionnelle et structurale des êtres vivants. Proposition concernant cette séance impliquant la mise en oeuvre de connaissances, de capacités et d’attitudes.