Sciences de la vie et de la Terre

Profils et difficultés rencontrées par les allophones

20 / 09 / 2015 | Ghyslaine Laurens | Céline Sauvage

Avoir à enseigner à des élèves allophones pour la première fois peut être source d’inquiétude. En effet, l’hétérogénéité rencontrée dans nos classes est nettement amplifiée et la difficulté de communiquer avec ces élèves peut sembler insurmontable.
Afin d’envisager au mieux l’enseignement en UPE2A, il est nécessaire de cerner dans un premier temps le profil des élèves et les obstacles qu’ils rencontrent et qui pourraient éventuellement freiner leurs apprentissages.

 Les élèves allophones : Quel(s) profil(s) ?

Tout d’abord, précisons les profils d’élèves que l’on peut rencontrer dans ces classes.
Certains élèves n’ont pas été scolarisés antérieurement ou l’ont été de manière très ponctuelle : ils seront donc peu ou non lecteurs et encore moins scripteurs.
S’ils sont francophones, la communication sera aisée et les activités orales prévaudront dans un premier temps.
S’ils ne sont pas francophones, un travail de collaboration avec l’enseignant de français s’impose. Bien entendu, la transition est en général plus facile si l’alphabet d’origine est latin (élèves d’origine portugaise...) qu’arabe, cyrillique, singhalais...

 Les élèves allophones : Quels obstacles aux apprentissages ?

En dehors de la maîtrise du Français, les obstacles sont liés ou non à l’école car les élèves doivent aussi s’habituer à nouvel environnement social, culturel...

Ainsi, ils doivent s’adapter à de nouvelles conditions de vie (absence d’une partie ou de la totalité de la famille, placement en foyer, niveau social différent de celui du pays d’origine, départ du pays d’origine contre la volonté des enfants/adolescents …).

D’autres cas peuvent être signalés :

  • un passé traumatisant (ex. : fuite d’un pays un guerre), avec parfois un impact sur les capacités cognitives ;
  • une précarité pour certains : travail à la maison souvent impossible, d’où l’importance de l’accompagnement éducatif et du travail réalisé en classe ;

De plus, comme dans certaines de nos classes, des élèves sont de cultures variées, ce qui peut avoir un impact sur la scolarité :

  • absentéisme des filles qui ont des tâches à la maison et /ou administratives quand elles maîtrisent le français ;
  • certains sujets peuvent être tabous ;
  • exposer son opinion ou présenter des thèses différentes peuvent perturber certaines élèves notamment ceux venant de Chine. Les élèves de ce pays ne sont pas incités à s’exprimer autour de questions sensibles et les manuels scolaires ne leur offrent pas non plus la possibilité de le faire.

Enfin, les élèves sont immergés dans un système éducatif plus ou moins familier, ce qui nécessite :

  • une adaptation à un nouveau système scolaire (organisation différente, présence d’un carnet de liaison …)
  • une adaptation à de nouveaux codes (règles du collège dans et hors de la classe)
  • une adaptation à une nouvelle manière d’enseigner (rituels différents, démarche/fonctionnement différents …)
  • des explications dans chaque discipline sur le fonctionnement et les attentes du professeur. Donc attention au piège de l’implicite : on pense parfois que nos attentes sont évidentes, claires or, ce n’est souvent pas le cas pour ces élèves une adaptation à un nouveau système d’évaluation parfois (formatif et sommatif)
  • des explications sur l’évaluation : Buts (orienter ? certifier ? se former ?), la signification des critères d’évaluation, les modalités de l’évaluation (sur 20, sans notes …)

Outre les points soulevés précédemment, il faut aussi tenir compte de l’ arrivée des élèves tout au long de l’année et de l’attitude des élèves des autres classes.

Comme tous nos élèves, les allophones ne sont pas à l’abri de troubles des apprentissages, dyslexie... Mais la détection reste compliquée car comment savoir ce qui relève de la mauvaise maîtrise du français et ce qui relève de la réelle difficulté d’apprentissage ?

Signalons également les difficultés liées à la discipline des SVT, notamment dans la communication sous forme de phrases, le vocabulaire spécifique, les consignes particulières, les démarches... Néanmoins, les SVT étant une discipline expérimentale, elles ont des atouts non négligeables pour capter l’intérêt des élèves et permettre leur progression.

 

Articles les plus lus

Avoir une approche ludique du programme de Terminale S grâce à l’intelligence collective, l’exemple d’un jeu d’évasion (escape game) grandeur nature !

réflexion et proposition pour une séance de TP de 2nde sur le plan d’organisation des Vertébrés

Il y a autant de classes inversées qu’il y a de professeurs et de classes, pour autant elles partagent toutes des points communs qui sont au coeur de cette pédagogie.

Permettre aux élève d’analyser et interpréter des (représentations) graphiques présentant des
« courbes »